Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

UFR Arts et Médias

Mélissa Héleine, étudiante en communication et athlète de haut niveau

le 9 décembre 2015

Championne de France junior de judo et troisième aux championnats d'Europe et du Monde juniors en 2014, Mélissa Héleine partage son temps entre ses études en communication à la Sorbonne Nouvelle et ses entraînements quotidiens à l'INSEP.

melissa-heleine39.jpg
  • Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?
Sur le plan universitaire, après mon Bac économique et sociale, j'ai fait un DUT Techniques de commercialisation à Bordeaux. Je suis ensuite montée sur Paris pour pour faire du judo à plus haut niveau et ai intégré l'école de Management Léonard de Vinci pendant deux ans au sein d'une filière adaptée à la pratique sportive de haut-niveau. Il s'agissait d'une licence 3 dédoublée en deux ans où nous n'avions cours que le matin. Cette année je suis en Master 1 Information et Communication à la Sorbonne Nouvelle.

Sur le plan sportif,  j'ai intégré en arrivant à Paris l'Institut du judo, une structure de haut niveau. Il s'agissait de mes dernières années en tant que junior, j'ai gagné les championnats de France junior, et fait troisième aux championnats d'Europe et du Monde juniors en 2014. Cette année, j'ai intégré une structure de haut niveau supérieure : l'Institut National du Sport, de l'Expertise et de la Performance (INSEP).
 
  • Vous êtes en effet judoka de haut-niveau, pourquoi le judo ?
J'ai commencé quand j'avais 5 ans, c'est mon père qui m'a inscrit. Et j'ai aimé alors j'ai continué ! Je pratique aujourd'hui cette discipline tous les jours, une douzaine d'heures dans la semaine, à l'INSEP.
 
  • Quel est le quotidien d'une athlète de haut-niveau qui fait ses études en parallèle ?
Mes semaines sont rythmées, remplies et organisées. Elles s'articulent autour des cours, des devoirs scolaires (révisions, exposés, partiels), des entraînements de judo, des préparations physiques, des soins (kinésithérapie, balnéothérapie) et des compétitions.
La difficulté est de réussir sur les deux terrains qui ont chacun de grandes exigences. Il faut s'accrocher, être déterminé et bien entouré !
 
  • Qu'est-ce qui vous plait le plus dans le judo ? Et le moins ?
Ce qui me plait le plus c'est la compétition. Les combats sont intenses, on se donne au maximum, on se dépasse car il y a un enjeu.  J'apprécie beaucoup moins la musculation, mais c'est un passage obligé pour tout sportif de haut niveau ...
 
  • Quels sont vos objectifs sportifs nationaux et internationaux ?
J'ai obtenu des quotas pour faire des tournois internationaux. Mon prochain tournoi sera l'Open de Tunis. À long terme j'espère faire des championnats en équipe de France senior.
 
  • Et après votre master, quels sont vos projets ?
Après mon master 2, je souhaite acquérir de l'expérience en entreprise par le biais de stages, de contrats en entreprise adaptés à mes activités sportives, jusqu'aux Jeux Olympiques de Tokyo (on raisonne par olympiade). Après ma carrière sportive, je pense construire une carrière professionnelle dans la communication (relations publiques, événementiel, étc) mais je ne me ferme pas à ces seules domaines, je verrais bien le moment venu,car la vie est faite de pleins d'opportunités parfois très surprenantes
 
  • Avez-vous un conseil à donner aux étudiants de la Sorbonne nouvelle ?
Dans le sport comme dans les études ou dans la vie, la détermination est un facteur primordial pour la réussite, qu'elle soit grande ou petite !
Ensuite, le sport est un échappatoire. Amateur, sportif de haut niveau, joggeur du dimanche, passionné... Quand on fait du sport on pense à autre chose, on se donne, on s'amuse. C'est un équilibre qui permet d'être ensuite plus performant dans les autres domaines de sa vie. Faites une bonne heure de zumba ou une partie de futsal et vous verrez tout ira mieux !

Crédit photo : ©Ph.Emanuele Di Feliciantonio / 2014

Type :
Portrait
Contact :
Sous-direction de la communication

mise à jour le 12 octobre 2016