Accueil >> Vie de campus >> Portraits

Magali Le Naour-Saby, diplômée d'Etudes Théâtrales

le 24 mars 2015
 

Magali Le Naour-Saby, ancienne étudiante de la Sorbonne Nouvelle apparaît pour la première fois à l'écran dans le film Indésirables de Philippe Barassat, en salle à partir du 18 mars 2015. Redécouvrez son portrait réalisé en octobre 2013.

Portraits)108.JPG
  • Pouvez-vous présenter votre parcours à la Sorbonne Nouvelle?

Je m’appelle Magali Le Naour-Saby. Après une licence, je viens de terminer un master en études théâtrales ayant pour sujet les représentations de la féminité au sein du Tanztheater Wuppertal Pina Bausch. Je garde de mon parcours universitaire un agréable souvenir. Mes études ont contribué à l’épanouissement de la femme que je suis devenue à présent. Au cours de ces dernières années, le corps enseignant ainsi que les professionnels du spectacle m’ont fait confiance et m’ont accordé une place dans le monde aussi bien chorégraphique que théâtral. C’était un immense privilège que d’avoir tout au long de mon cursus des professionnels du métier bienveillants et attentifs à mon égard.

 
  •  Le choix de la Sorbonne Nouvelle ?

J’ai commencé le théâtre à l’âge de huit ans, malheureusement j’ai arrêté pendant une très longue période pour des raisons de santé. J’avais toujours ce désir ardent de pouvoir reprendre et d’enrichir ma pratique théâtrale et chorégraphique avec la théorie, qui pour moi, est indispensable. Le choix de la Sorbonne Nouvelle était donc une évidence et l’opportunité espérée depuis tant d’années.  

  • Quels sont vos projets actuellement ? L'importance de la danse, le rapport à votre handicap ?

Je pense que j’avais besoin d’explorer un langage, un vocabulaire qui, pour moi, n’était pas familier. À partir de cette expérimentation, plusieurs interrogations personnelles ont également nourri ma réflexion. Qu’est-ce qu’un corps différent ? Qu’est-ce que la normalité ?

Qu’est-ce que le désir ? Peut-on encore être une femme désirable avec un corps différent ?

Le fauteuil roulant peut être lui aussi intéressant à utiliser mais comme un outil scénique au service de la création. Nous avons tellement à nous enrichir des différences. C’est pourquoi, il me semble intéressant que ces questions intimes, parfois taboues, puissent être abordées à travers la danse, le théâtre, la photographie ou même le cinéma.

Ma pratique de la danse contemporaine, du théâtre ainsi que mes réflexions ont porté leurs fruits puisque je viens de terminer en mai dernier la chorégraphie d’une pièce qui s’intitule Regardez-Moi ! (mise en scène par Ruth Benarroch). Théâtre-Documentaire d’après les témoignages de femmes vivant la différence.

D’autre part, nous attendons la sortie prochaine du long métrage Les Dépravés du réalisateur Philippe Barassat dans lequel j’ai eu l’immense honneur d’avoir un rôle au côté de l’acteur Jérémie Elkaïm. C’est un film qui me tient beaucoup à cœur puisqu’il aborde un sujet délicat mais important : l’assistanat sexuel aux personnes handicapées. Nous avons tous le droit à la liberté d’aimer. Ce film aborde cela avec sensibilité et intelligence.

Je poursuis également mon petit chemin artistique puisque je viens d’être engagée au sein d’un projet chorégraphique international. 

En parallèle, je rejoins, également la compagnie de la chorégraphe Nieke Swennen à Oostende.

  • Quels conseils donneriez-vous aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle ?

Je n’ai pas de conseil à donner. Je reprendrai simplement la citation de la navigatrice française Maud Fontenoy « Ne laissez personne vous dire que c’est impossible. »


Type :
Portrait
Contact :
DISC Communication

mise à jour le 24 mars 2015