Accueil >> Recherche >> Actualités >> Colloques - journées d'études

Recherche

La Grande-Bretagne et son système-monde 1815-1931 : commerce, migrations, politique

du 12 mars 2010 au 13 mars 2010

Colloque international Lieu : Institut du Monde Anglophone, 5 rue de l'École de Médecine, 75006 Paris
Organisatrice : Evelyne Payen-Variéras - EA 4399 CREW (EDEAGE)
Contact : evelyne.payen@univ-paris3.fr


Programme détaillé :cliquer ici [PDF - 78 Ko]

(c)Sorbonne Nouvelle/E.Prieto Gabriel(c)Sorbonne Nouvelle/E.Prieto Gabriel

Présentation

Au XIXe siècle, les activités de la grande puissance britannique se déploient dans un espace si large qu'il n'est pas abusif de parler d'un « système-monde ». Cet espace est structuré et unifié non seulement par une architecture constitutionnelle ou des relations de pouvoir, mais aussi par des échanges commerciaux et intellectuels, ainsi que par des mouvements de population. Sans vouloir faire de cet ensemble un système clos, nous nous proposons d'identifier les facteurs qui contribuèrent à sa cohésion et à sa persistance et, pour cela, de repérer des constantes, des dynamiques et des logiques communes à l'œuvre dans les projets politiques, les entreprises commerciales, les productions culturelles.

Une telle approche paraît susceptible de faire émerger des phénomènes historiques relativement négligés parce qu'ils ne passent pas nécessairement par des canaux institutionnels classiques, ou qu'ils ne s'inscrivent pas directement dans les problématiques privilégiées jusqu'ici par l'historiographie bilan des empires coloniaux, relations entre centre et périphérie, questions d'identité post-impériale.

La circulation des capitaux et des marchandises, par exemple, fut inséparable des flux migratoires sans précédent de la « première mondialisation ». Or, les migrations vers les Etats-Unis ont parfois tendance à éclipser les mouvements internes à l'Empire, qui méritent d'être mieux détaillés. Dans les colonies de peuplement de plus en plus autonomes, on peut encore se demander quel rôle les médias, l'enseignement, le débat d'idées sous toutes ses formes jouèrent dans la constitution d'une identité impériale commune ou, à l'inverse, d'identités nationales spécifiques. Quelle fut l'aire de diffusion du concept de « Plus-Grande-Bretagne » ? Le travaillisme britannique déboucha-t-il dans les Dominions sur un travaillisme pan-impérial cohérent, ou sur autant d'expériences singulières ?

Les angles d'approche du « siècle britannique » sont innombrables, mais certains, moins usités, n'ont pas encore porté tous leurs fruits. La perspective biographique, en suivant le parcours à travers l'Empire de fonctionnaires coloniaux, d'hommes d'affaires, d'officiers et simples soldats, de militants ouvriers ou de personnalités politiques, est des plus prometteuses. De même les exemple de mimétisme intra-impérial et leurs effets gagneraient à être explorés.

L'objectif poursuivi par ce colloque est de développer l'intérêt en France pour la Grande-Bretagne dans le jeu des relations internationales, avec l'Europe et le reste du monde, en particulier anglophone, selon une perspective historique et non pas contemporaine, mais aussi de faire valoir l'Empire comme catégorie à part entière de la pensée politique sur l'Etat, la nation, le territoire et la population, au Royaume-Uni et dans la sphère britannique ou autrefois britannique.

Type :
Colloque / Journée d'études

mise à jour le 4 mai 2015