Accueil >> Recherche >> Activités scientifiques >> Colloques - journées d'études

Recherche

La fabrique du soviétique dans les arts et la culture. Construire / déconstruire l'homme nouveau en URSS

du 16 décembre 2011 au 17 décembre 2011

 

afficheColloque.jpg
Colloque international

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, Maison de la recherche, Paris 3, salle Claude Simon, 4 rue des Irlandais, Paris 5ème
Organisatrices : Marie-Christine Autant-Mathieu et Cécile Vaissié - UMR 7172, ARIAS, en partenariat avec l'Université Rennes 2 et Fondation Maison des sciences de l'Homme
Contacts : autant.mathieu@wanadoo.fr / cecilevaissie@yahoo.fr


Affiche [PDF - 3 Mo]

Programme [PDF - 981 Ko]

Présentation


Dès son instauration, le pouvoir bolchevik annonce vouloir construire un monde nouveau, communiste, et faire tabula rasa du passé (ce en quoi il peut, d'ailleurs, paraître s'inscrire dans des revendications d'artistes prérévolutionnaires). La révolution est comparée à l'apocalypse, et la classe ouvrière à un creuset où serait modelé un « homme nouveau », adhérant à des valeurs spécifiques et vivant dans des conditions radicalement différentes de celles de l'époque précédente. Cet « homme nouveau » - le Soviétique - est censé être le résultat, mais aussi le moyen de la construction du communisme en URSS, et il restera un objectif, proclamé dans les discours des plus hauts dirigeants, jusque dans les années 80.
L'objet de ce colloque est d'explorer, dans le domaine de la culture et des arts, entre 1917 et 1991, les différentes manières de « formater » les individus, de changer leur mentalité, leur comportement et leur mode de créativité. Il s'agit d'examiner certains paradoxes : par exemple, ceux qui consistent à rompre avec la religion tout en renvoyant aux mythes païens et chrétiens, et à vanter les mérites du collectif en mettant en avant des héros modèles, figures emblématiques et agents de la conversion spectaculaire du monde. Il importe de confronter l'inventivité des avant-gardes au conformisme des masses, et la volonté affichée de régénérescence dynamique à l'engendrement d'artistes et de publics apparemment dociles, indifférents, passifs, cyniques. Nous suggérons donc d'étudier : les moyens et les procédés de la construction/déconstruction (modèles, organisations, mots d'ordre, programmes, moyens matériels) ; des parcours d'individus qui témoignent de ces processus de construction/déconstruction.
 

Type :
Colloque / Journée d'études

mise à jour le 22 avril 2014