Clesthia >> CLESTHIA >> Activités scientifiques

Recherche

L’Espace générique des discours "tenant lieu" d’un autre discours et le champ de la représentation du discours autre

du 13 novembre 2017 au 14 novembre 2017

Colloque international Laboratoires Clesthia (Sorbonne nouvelle) et Modyco (Paris Nanterre)


Les genres de discours, dans leur diversité, peuvent être abordés et caractérisés par la place qu’ils font et la forme qu’ils donnent à la représentation du discours autre (ou discours rapporté) – dimension qui a fait l’objet de nombreux travaux. Sur cet arrière-plan, certains genres se distinguent cependant par la place statutaire qu’y occupe leur inscription dans le champ de la représentation du discours autre, le discours s’y donnant comme « tenant lieu » d’un autre discours. Se dessinerait ainsi un espace générique dans lequel un discours (D) est caractérisé par rapport à un autre discours (d) dont il a vocation à être le « représentant » : compte-rendu de réunion, procès-verbal de déposition, résumé de texte, entretien écrit, minute de procès, notes prises en cours et publications de cours… participeraient par exemple de cet espace générique.
Nous proposons dans ce colloque de réfléchir à la spécificité de cet espace, à sa délimitation, à l’identification des genres qui en relèvent, à la description des pratiques discursives associées, à l’observation des formes qu’y prend la représentation du discours autre.

Cette réflexion pourra se développer à partir des questions suivantes:

  • Comment se caractérise et se subdivise l’espace générique des discours "tenant lieu" d’un autre discours?
  • Sur quelles bases se fonde, et quelles formes emprunte la substitution d’un discours à l’autre?
  • Quel type de relation d’équivalence s’établit entre les deux discours, et moyennant quelles transformations ou quelles "pertes"?
  • Dans quelle mesure le discours "tenant lieu" (D) est-il déjà en germe dans d? De façon plus générale, dans quelle mesure D et d sont-ils indépendants l’un de l’autre?

Les discours produits dans le cadre de pratiques discursives telles que celles de la traduction, de l’"écriture pour autrui" (écrivain public, "ghost writer")…, ou encore de préparations de discours à venir (canevas d’improvisation théâtrale, résumé précédant une intervention…) peuvent-ils être considérés comme relevant de cet espace du tenant lieu?

On s’attachera en particulier à la façon dont, dans cet espace générique, sont mises en oeuvre les formes de représentation d’un discours autre (quantité, y compris nulle quand aucune forme de RDA n'est présente; modes employés: discours direct, discours indirect, etc.; degré de marquage…), en tenant compte de paramètres tels que:
 
  • Le statut de l’énonciateur de D;
  • la nature générique de D et de d;
  • le canal (oral / écrit) de D et de d;
  • les conditions de validation de D;
  • la visée et les usages de D.

Ne seront exclus ni des éclairages diachroniques sur tout ou partie de ces points, ni des analyses génétiques sur la production de D, ni des analyses de discours littéraires qui, dans leur structure d'ensemble ou dans des passages ponctuels, prennent la forme de D.
 

Type :
Colloque / Journée d'études
Contact :
Claire Doquet
Lieu(x) :
Amphithéâtre Durkheim – Université de la Sorbonne
1, rue Victor Cousin – Escalier I, 1er étage

mise à jour le 28 septembre 2017


Comité scientifique

  • Jean-Michel Adam
  • Annie Bertin
  • Sonia Branca-Rosoff
  • Yvonne Cazal
  • Bernard Combettes
  • Doris da Cunha
  • Alexandre Duchêne
  • Beatrice Fraenkel
  • Jean-François Jeandillou
  • Alice Krieg-Planque
  • Sabine Lehmann
  • Juan-Manuel López-Muñoz
  • Dominique Maingueneau
  • Sophie Marnette
  • Patricia Von Münchow
  • Laurence Rosier
  • Philippe Schepens