Accueil >> Vie de campus >> Portraits

Insertion professionnelle, UFR Arts et Médias

Juliette Medelli et Léa Serror, diplômées du M2 Métiers de la Production Théâtrale ont créé la Scop Copilote dédiée au spectacle vivant !

le 10 mai 2016

Elles se sont rencontrées en M2 Métiers de la Production Théâtrale et ont décidé ensemble de créer COPILOTE, une structure qui accompagne le développement des projets des compagnies de spectacle vivant.

Copilote_indoor.jpg
Léa/Juliette pouvez-vous vous présenter ?

Oui, c’est tout à fait possible !

Voici le meilleur résumé que nous puissions faire de nos parcours :

Juliette : Je suis diplômée d’une Licence Information-Communication à l’Université de Savoie (2009),
 d’un Master 2 Administration et communication des activités culturelles à l’Université Toulouse 1 Capitole (2011), et d’un Master 2 Métiers de la production théâtrale à la Sorbonne Nouvelle (2013). J'ai travaillé de 2006 à 2012 dans des festivals et théâtres aux services communication, notamment à Bonlieu - Scène nationale d’Annecy, au Arts Centre de Melbourne en Australie, et au Théâtre Garonne à Toulouse. Après une saison à Toulouse, j'ai décidé de gérer le nerf de la guerre : l’argent pour la production théâtrale. Je suis entrée alors comme apprentie au Bureau FormART dirigé par Jean-Baptiste Pasquier et Aurélien Guillois. Après trois saisons aux côtés de l’équipe du Bureau FormART, j'ai décidé de monter mon propre projet.

Léa : je suis diplômée d’une Licence Arts du spectacle et cinéma, spécialité théâtre, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense (2009), d’un Master 2 Recherche Arts de la scène, à la Sorbonne Nouvelle (2012) et d’un Master 2 Métiers de la production théâtrale à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (2013).
 Pendant mes études, j'ai travaillé auprès de scènes et d’institutions parisiennes notamment au Théâtre du Rond-Point, au Festival d’Automne à Paris et à l’Institut Français. J'ai été ensuite apprentie pour le bureau Le Grand Gardon Blanc dirigé par Antoine Blesson (Les Chiens de Navarre, la Compagnie Baninga). Puis, j'ai travaillé avec les compagnies L’avantage du doute, Les Arpenteurs de l’invisible et Les Possédés. J'ai appellé Juliette en décembre 2014, pour savoir si ce « bureau » allait  vraiment exister, parce que je voulais m’investir dans ce projet et faire partie de cette aventure qui trouvera son nom quelques mois plus tard : Copilote.
 
 
  • Pourquoi avoir choisi le Master Métiers de la Production Théâtrale ?

Sur ce point, nous sommes d’accord (ce qui n’est pas le cas tout le temps !).
Ce Master en alternance est très en lien avec la vie active, l’année d’apprentissage est une année de travail, 3 jours par semaine en entreprise, 2 jours à la Sorbonne Nouvelle. Nous avons donc pu suivre des projets pendant un an, « en immersion », dans le « concret ». Cette année universitaire s’est soldée par un projet commun à l’ensemble de la 7ème promotion de ce Master - parrainée en 2012/2013 par Xavier Croci - ex-directeur du Forum de Blanc-Mesnil et nouvellement directeur du Théâtre du Beauvaisis - à Avignon, dans le cadre de l’événement « La Belle Scène Saint-Denis ». Nous avons vécu une saison théâtrale dans son ensemble et rencontré de nombreux professionnels avec qui nous sommes toujours très en lien.

 
  • Vous avez créé Copilote, pouvez-vous raconter la genèse du projet et les missions de Copilote ?
Copilote est né de notre grande volonté d’accompagner et de soutenir des compagnies de spectacle vivant. Nous voulions mettre à profit nos compétences au service de jeunes compagnies. L’envie était aussi de créer un outil qui puisse être un outil commun. C’est-à-dire que l’ensemble des compagnies avec lesquelles nous travaillons soient associées à nos décisions, qu’elles soient financières ou artistiques.
Parallèlement, nous voulions créer un outil partagé, qui puisse profiter à tous et répondre le plus possible à la fragilité économique que nous rencontrons dans le secteur artistique. La forme juridique SCOP nous permet de répondre à ces deux enjeux.
Les missions de Copilote sont très simples : développer dans la durée les partenariats avec les compagnies en leur proposant un accompagnement global, de la production à la diffusion des projets.
Pour aller vite : Copilote met en place tous les outils pour le développement des projets des compagnies de spectacle vivant, et plus si affinités !
 
  • Quels sont les projets en cours ? 
Nous avons beaucoup de projets en cours !

Nous préparons activement la saison prochaine en ce moment, mais nous allons vous donner les quelques actualités brûlantes :

- La Brèche / Lorraine de Sagazan présentera Démons au Festival Théâtre en Mai à Dijon (du 22 au 24 mai), puis à la Manufacture à Avignon, du 6 au 24 juillet à 19h40.
- Le Collectif le Grand Cerf Bleu / Laureline Le Bris-Cep, Gabriel Tur et Jean-Baptiste Tur, présentera Non, c’est pas ça ! (Treplev Variation) du 9 au 11 juin au CENTQUATRE dans le cadre du Festival Impatience 2016.
- Le groupe ACM / Hélène François & Emilie Vandenameele, présentera La Dernière Idole du 7 au 17 juillet à Artéphile à Avignon, à 22h40.

Nous organisons également une soirée à Mains d’Oeuvres intitulée « Fin de saison#1 » pour fêter notre première fin de saison théâtrale, c’est le 9 juin à partir de 20h.
Nous lançons également une collecte participative sur PROARTI pour aider Copilote à se développer, et aider les compagnies à produire leur spectacle.
Enfin, nous disons ça comme ça, en passant !

Sinon, toutes nos actualités sont sur le site internet de Copilote : www.copilote.eu

 
  • Une anecdote sur vos années à la Sorbonne Nouvelle ?

Une anecdote c’est toujours difficile… Nous pouvons vous parler des très longues réunions avec l’ensemble de la promotion pour organiser un événement et de toute l’imagination que nous avons dû avoir pour trouver des fonds ! Si vous cherchez bien, vous trouverez quelque part sur un profil Facebook quelques photos de cette « époque » ! Les voyages aussi, à Turin cette année là, puis à Avignon, nous avons de belles anecdotes mais nous ne pouvons pas les révéler ici. Nous avons signé un accord de confidentialité avec l’ensemble de la promotion et des professeurs. Navrées.
 
  • Un conseil à donner aux étudiant.e.s de la Sorbonne Nouvelle ?

Le conseil est toujours une phrase qui commence par « ma grand-mère disait ». Voici donc notre conseil :
«Ma grand mère disait que la curiosité est un vilain défaut», n’écoutez absolument pas cette grand mère !
C’est en étant curieuses que nous faisons tout ça.
Et en travaillant. Et oui. Il n’y a pas de secret !

En savoir plus sur Copilote

Type :
Portrait
Contact :
Brigitte CHOTEL / Chargée de Mission Relations Entreprises et réseau Alumni

mise à jour le 12 octobre 2016