Accueil >> Recherche >> Actualités

Recherche

Journée d’études : L’éloge du féminin en poésie. Penser l’exaltation rhétorique

le 14 novembre 2020

Image JE 14 novembre 2020.jpg
Programme :

9h00 : Accueil
9h30 : Introduction de la journée par les organisatrices Pamela Krause (Sorbonne université) et Nessrine Naccach (Sorbonne Nouvelle)

"Enjeux d’une pratique conflictuelle : penser l’éloge"

L’éloge est, depuis le Vème siècle av. J.C, visé comme une parole vaine, mensongère ; lui éviter la vacuité ou la perversion du vrai revient à le constituer comme un dépositaire de valeurs préétablies (geste que l’on retrouve notamment dans le Phèdre de Platon). C’est ainsi qu’Aristophane accuse l’epitaphios de vanité creuse, que le Gorgias de Platon en relève la flatterie (kolakeia), réduisant la rhétorique à des procédés stéréotypés visant à complimenter l’auditoire (Gorgias, 462 b-466 a), que la Rhétorique de Philodème dénonce les mobiles du discours épidictique comme immoraux (le lucre), décriant l’inutilité des sujets traités. L’enkômion ne dit rien en substance et, dans le cas contraire, son discours est en inadéquation avec la vérité de son objet—mensonge rehaussé par sa virtuosité stylistique : telle est notamment la position de Socrate dans le Ménéxène. Notre journée d’étude cherche à interroger la pratique encomiastique : est-il possible d’y voir une forme de savoir, de parti pris esthétique ou d’y lire une charge subversive ?

I. Épistémologies laudatives

10h :  Gökçe Ergenekon (normalienne, agrégée de lettres modernes et doctorante en littérature française à l’université Lyon III)

« Quel savoir se préfigure ici dans la splendeur? », L’éloge de la nudité féminine dans la poésie amoureuse d’Éluard et de Frénaud

Sa proposition vise à examiner la vision élogieuse du féminin qui se déploie dans la poésie d’Éluard et de Frénaud—et dont l’œuvre offre une image magnifiée et épiphanique de la nudité. Le dévoilement peut alors s’entendre au sens propre comme au sens figuré chez les deux poètes qui rendent hommage au corps féminin : la mise à nu cristallise un mouvement de connaissance dont l’objet privilégié est le corps d’autrui. L’image obsédante de la nudité définie comme désir de connaissance éclaire la possible relation d’objectivation qui traverse en filigrane l’accès à la corporéité, si on envisage le rapport de pouvoir qui existe entre le regard qui dévoile et le corps dévoilé, a fortiori lorsque celui-ci recoupe une domination de genre. Cette question complexe du regard masculin sur le corps de la femme permet d’articuler deux imaginaires a priori antithétiques dans l’éloge du féminin : celui de la violence qui fantasme la possession et celui de l’innocence qui fantasme la pureté d’une femme-enfant. Signe de la tendresse amoureuse comme de la passion érotique, l’éloge de la nudité féminine révèle l’ambivalence de ce que Frènaud nomme la « Beauté blasonnée par l’absolu ».

10h20 : Guillaume Dreidemie (doctorant en philosophie et chargé de cours à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il co-dirige L’Écharde, revue de poésie (Prix de la revue 2020))

« L’éloge du féminin dans Plupart du temps de Pierre Reverdy »
Dans son recueil Plupart du temps publié en 1922, Pierre Reverdy porte un regard sur un monde vacillant, où toutes choses glissent, chassées par le vent, s’acheminant peu à peu vers la vide. Le poète est un veilleur, attentif depuis sa « lucarne ovale » à l’évanouissement de toutes choses : c’est l’absence qui fait naître le poème, finissant lui aussi par disparaître en ce « trou noir où le vent se rue ». Dans Plupart du temps, l’éloge du féminin sera ainsi l’éloge de l’absente. La preuve de l’existence de l’objet de l’éloge s’efface peu à peu ; et le poète, en l’absence d’écho à son élégie, à laquelle ne répond que le bruit du vent, finit par douter luimême de la réalité de cet objet. Cependant, Reverdy poursuit son chant, incertain de son propre sens, ne sachant plus s’il est face à une fenêtre ou un miroir, et ne surévaluant pas les pouvoirs du langage, y compris du langage poétique, impuissant à saisir pleinement son objet, ce qui peut nous amener à esquisser un dialogue entre Reverdy et Henri Bergson, dont l’ouvrage Durée et simultanéité paraît la même année que Plupart du temps : l’éloge du féminin devient l’éloge d’ « aspects » du féminin, d’éclats de miroirs brisés.

10h40 : Anastasia Ladefoged Larn (PhD Student in Comparative Literature at the University of Southern Denmark. Her thesis explores the importance of female characters from Roman history in early French drama) 

« The Glorified Subject of Suffering. Portia and the staging of political memory in the tragedies of Guyon Guérin de Bouscal and Claude Boyer »
Praised as an example of female virtue exemplified in her extraordinary death, Portia has been discussed by Roman historians such as Appian, Cassius Dio, and Plutarch. The presentation aims to explore how French dramatist such as Guyon Guèrin de Bouscal, and Claude Boyer in different yet complementary ways elaborate the story of Portia’s glorified suffering into a tragic lamentation of the precariousness of historical existence— thus making her a textual privileged space for reflections on the politics of memory. Furthermore, Portia’s figure allows writers to discuss tyrannicide, clemency, and to reflect on the foundations of a good government: as daughter of Cato the Younger, a persevering defender of the roman republic, and wife of Brutus, one of the kingpins in the assassination of Julius Caesar, Portia was inextricably linked to the political conflicts of the Roman civil wars.  The tragedies discussed are: Goyon Guèrin de Bouscal’s La Mort de Brute et de Porcie, ou la vengeance de la mort de César (1637), and Claude Boyer’s La Porcie Romaine (1646).

10h40- 10h 50 : Discussion et questions

II. Réinventer, penser, rêver le féminin

11h : Elena Perez (agrégée de lettres modernes et doctorante contractuelle chargée d’enseignement à l’Université de Strasbourg)

« La Louange de Marie d’Orléans de François Villon : comment louer une nouveau-née ? »
Sa proposition de communication examine la naissance miraculeuse de Marie d’Orléans, née au terme de 16 années de mariage et célébrée par François Villon (La Louange de Marie d’Orléans). Si la commémoration poétique d’un enfant mâle est attestée depuis au moins le Ier siècle de notre ère (Stace), le poème de Villon est l’une des toutes premières pièces pour une nouveau-née. Villon y invente l’éloge de naissance féminin en y associant les principaux modèles épidictiques : la commémoration de la Nativité du Christ et la louange de la Vierge, parangon des vertus féminines, parfaitement adaptés à la célébration d’une jeune Marie née quelques jours avant Noël. À ces modèles sacrés s’ajoute l’éloge courtois de la Dame, hommage appuyé à la poésie de Charles d’Orléans. Le portrait tout en contrastes et subtilement parodique de la jeune princesse, tour à tour assimilée au Christ et à sa Mère ; à la Vierge et à Ève, fournit un exemple éclatant d’un « hermaphroditisme lyrique » qui, à en croire le poète russe Ossip Mandelstam, est au cœur de l’écriture villonienne. 

11h20 : Daniel Larangé (traducteur et docteur en Lettres et maître de conférences à la 9e section du CNU. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment Science et Mystique dans le romantisme social : discours mystiques et argumentation scientifique au XIXe siècle)

« L’éloge au féminin dans la poésie féministe fin-de-siècle. L’éternel féminin, de Louise Ackermann à Anna de Noailles »
Le symbolisme verse, en fin-de-siècle, dans le décadentisme : les poétesses n’hésitent plus à porter un regard laudatif sur le féminin, geste perçu par la critique comme l’expression d’un narcissisme. Le discours épidictique déploie ainsi toute une poétique du féminin, chargée de symbolisme, de préoccupations éthiques et métaphysiques. C’est dans une telle perspective que la proposition choisit d’envisager les poèmes de Louise Victorine Ackermann, de Daniel-Lesueur, de Renée Vivien et d’Anna de Noailles.

11h 40 : Mariya Belyavceva (doctorante à Sorbonne université en littérature comparée)

« Penser le personnage lyrique féminin dans la poésie de Pouchkine »
La recherche de l’idéal esthétique du féminin se forme dans la poésie lyrique de Pouchkine pendant les années 1820-1830 et trouve son achèvement dans le roman Eugène Onéguine (1833). Pouchkine oppose deux figures du féminin : l’une se fond dans l’archétype sociétal qui lui est préparé tandis que l’autre, insaisissable et mystérieuse, pose une redéfinition du donné. Il s’agira donc d’interroger l’éloge du féminin comme possibilité de réinvention des acquis sociétaux et comme marque de liberté discursive.

11h50- 12h : Discussion et questions
12h-12h30 : pause (libre)

III. Le geste laudatif entre l’amplification et la marginalisation

12h40 : Lynda-Nawel Tebbani (professeure certifiée de l’École Du Breuil, ses travaux se consacrent à l’algérianité littéraire)

« Le blason amoureux dans la poésie chantée arabo-andalouse »
Sa proposition vise la présentation du blason amoureux dans la poésie arabo-andalouse à travers une étude sémiostylistique et phénoménologique. Prenant appui sur des manuscrits dont elle fournira la traduction, elle cherchera à étudier les modalités de mise en présence, sublime, du Beau andalou.

14h10 : Soufian Al Karjousli (linguiste et chercheur en islamologie appliquée à l’université de Tours)

« La pratique laudative, entre consécration et marginalisation : le cas d’Al Khansâa »
Si l’éloge du féminin est central dans la poésie arabe, il se construit sur une relégation des femmes dans une passivité qui les exclut du champ de la création poétique. La proposition de communication se penche sur le cas de la poétesse Al Khansâa—reconnue comme véritable talent par le Prophète Muhammad. Il s’agira de se pencher sur ses élégies, dont l’écriture fait le pont entre une tradition antéislamique et un monde islamique et d’en expliciter l’apport esthétique et conceptuel. 

14h20- 14h30 : Discussion et clôture de la journée 

Comité scientifique
Hugues Azérard, Université de Cambridge
Christian Doumet, Sorbonne université
Philippe Daros, Sorbonne nouvelle
Anne-Isabelle François, Sorbonne nouvelle
Pamela Krause, Sorbonne université, co-organistarice
Nessrine Naccach, Sorbonne nouvelle, co-organisatrice

*Cette journée se déroulera dans le respect des gestes barrières, sous réserve de l'évolution sanitaire et des préconisations gouvernementales.

Télécharger le programme au format pdf [PDF - 632 Ko]

Type :
Colloque / Journée d'étude
Lieu(x) :
Maison de la Recherche - 4 rue des Irlandais - 75005 PARIS
Salle Claude Simon

mise à jour le 18 septembre 2020


Renseignements