Accueil >> Recherche >> Actualités >> Colloques - journées d'études

Recherche

Inventer la littérature française dans un État totalitaire

du 25 octobre 2018 au 26 octobre 2018
 

Inventer la littérature française.JPG

Organisation :
Alexandre Stroev
Yinde Zhang

Présentation :
Ce colloque, organisé le cadre des programmes de recherche du CERC (EA 172) et du GDRI « Littérature et démocratie », consacré à la littérature et la politique dans le cadre de systèmes totalitaires et dans une perspective comparatiste, devrait répondre à la question : comment les pays fabriquent-ils une littérature française à leur image et à leur ressemblance ? Comment choisit-on des œuvres à traduire pour créer une littéraire française soviétique, chinoise (sous le président Mao), allemande (sous Hitler), espagnole (sous Franco), yougoslave, albanaise, roumaine, polonaise, tchèque, persane, etc. ? Comment sont-elles interdites ou censurées et transformées, si elles sont publiées ? Quelles politiques d’invitations, rétribuées ou non, pour des auteurs français privilégiés par ces régimes ? Quels appâts utilisent-on ? Quels objectifs politiques, esthétiques, sociaux, moraux, voire commerciaux définissent les choix éditoriaux ?

Des critères qui, en première analyse semblent évidents et prévisibles, peuvent s’avérer complexes et labyrinthiques. Un écrivain réaliste aux opinions conservatrices est plus prisé qu’un romantique ou un avant-gardiste révolutionnaire. Un auteur pacifiste est plus utile qu’un communiste. Des romans historiques sont plus demandés que des œuvres d’actualités. Rien d’étonnant dès lors que la prose écrase la poésie et écarte le théâtre.

Quelquefois les traditions littéraires locales en vigueur dans ces régimes changent la hiérarchie des genres. Ainsi, en Union Soviétique, des auteurs des nouvelles, comme Mérimée ou Maupassant, sont plus populaires que des romanciers.

Quelle place prend cette littérature française « arrangée » dans des pays où des doctrines dominent, qu’il s’agisse du « réalisme socialiste », de l’interdiction de l’« art dégénéré » ou de la défense des valeurs chrétiennes ou musulmanes ? Comment se passe l’interaction entre la culture autochtone et la littérature étrangère ? Comment la figure de l’écrivain se modifie-t-elle quand son œuvre passe la frontière ?

Comment la littérature française se transforme d’un pays à l’autre, y compris à l’intérieur du « bloc communiste » ?


Type :
Colloque / Journée d'études
Lieu(x) :
Maison de la Recherche - 4 rue des Irlandais - 75005 PARIS
Salle Claude Simon

mise à jour le 4 juin 2018