Accueil >> Recherche

Recherche

Ignác Goldziher (1850-1921) : un classique des études orientales ou un autre orientalisme ?

du 23 janvier 2009 au 24 janvier 2009

Organisateur(s) : EA 4223 CEREG - Céline Trautmann-Waller

Contact(s) : 01 39 12 06 95 ; celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr


Tantôt considéré comme le fondateur de la « science de l'Islam » (Becker), le plus grand orientaliste de son époque (Irvine), appelé à la rescousse lorsqu'il s'agit de comprendre l'influence que les conceptions personnelles ou les émotions exercent sur l'activité scientifique (Waardenburg), Ignác Goldziher est un objet central de l'histoire des études orientales. Né en 1850 dans la petite ville de Székesfehérvár, il commence très jeune ses études universitaires à Budapest avant de les poursuivre grâce à une bourse du ministre hongrois Eötvös à Vienne, Berlin, Leipzig et Leyde. Ne pouvant obtenir un poste à Budapest en raison de ses origines juives, il est envoyé en mission en Orient (1873-74). Il fut le premier non-musulman admis à poursuivre des cours à l'Université Al-Azhar du Caire. Les notes qu'il rédige durant cette « année musulmane » seront partiellement reprises dans un Journal qu'il entame à l'âge de quarante ans, qui ne sera publié qu'après sa mort (Budapest, 1977) et qui constitue un témoignage important de la vie intérieure d'un savant juif en Europe au tournant des XIXe et XXe siècles. Une place de choix revient également à Goldziher dans la redécouverte des orientalismes d'Europe centrale et orientale (voir le projet ORECOR : www.orecor.fr). Moins connu en France aujourd'hui, il y fut pourtant traduit et très apprécié à l'époque.
Ce colloque entend étudier son œuvre en rapport avec le contexte scientifique européen de son époque pour mieux comprendre la particularité de ses approches et analyser la réception complexe à laquelle elle donne lieu jusqu'à aujourd'hui, notamment dans le contexte des débats entourant l' "orientalisme"  à la suite d'Edward Saïd.
Type :
Colloque / Journée d'études
Lieu(x) :
Institut hongrois / Institut du Monde Anglophone Paris 3

mise à jour le 1 décembre 2008