Journée Portes Ouvertes - 2018

CERAM >> CERAM

Historique du CEMA et du CESAR

Bref historique du centre de recherches

Le CEMA (Centre d’Etudes du Moyen Age) a été fondé par Jean Dufournet en 1970. Il a pris son régime de croisière à partir de 1975 et reçu une subvention spécifique annuelle à partir de 1980. Dès sa création il a fonctionné en relations étroites avec l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, les Ecoles Normales Supérieures de la rue d’Ulm et de Fontenay-aux-Roses, l’Ecole Nationale des Chartes et l’Université de Paris X-Nanterre. Il a ensuite été dirigé par Emmanuèle Baumgartner de 1993 à sa disparition en 2005, par Laurence Harf-Lancner de 2005 à 2007 et par Michelle Szkilnik depuis 2007. Il accueille également le CESAR (Centre d’Etudes sur l’Antiquité rémanente), dirigé successivement par René Martin, Jean-Pierre Néraudau, Philippe Heuzé et actuellement par Christiane Cosme.

Le CEMA a une triple activité :


- D’abord un séminaire ouvert aux doctorants, post-doctorants et collègues des universités françaises et étrangères. Ce séminaire aborde des sujets très variés, autour de la poétique du récit, de la réception de l’Antiquité, de l’analyse de l’image. Il s’est tenu d’abord à l’Ecole normale supérieure (boulevard Jourdan), puis au Centre Censier, avant de se tenir aujourd’hui à la Sorbonne, pour des séances mensuelles qui prennent la forme d’une conférence d’un médiéviste français ou étranger, suivie d’un débat.

- Ensuite des colloques organisés en collaboration avec d’autres équipes de Paris III (hispanistes et italianistes), d’autres universités (Paris IV, Paris X, Paris XII, Bristol, Leicester), d’autres institutions (CNRS, Bibliothèque historique de la ville de Paris) :
Le Pouvoir monarchique et ses supports idéologiques aux XIVe-XVIIe siècles ; L’Autre européen (XIVe-XVIIe siècles) ;
Images de l'Antiquité dans la littérature française : le texte et son illustration ;
Alexandre le Grand dans les traditions médiévales occidentales et proche-orientales ;
Progrès, réaction, décadence dans le Moyen Age occidental ;
Villon hier et aujourd’hui ; 
Villon et ses lecteurs ; 
Villon entre mythe et poésie ;
Des Tristan en vers au Tristan en prose, Hommage à Emmanuèle Baumgartner ;
Les Fables avant La Fontaine.

- Enfin des travaux collectifs qui ont paru sous différentes formes :
  • Les publications du CEMA, éditées et diffusées par les Presses de la Sorbonne nouvelle, rassemblent les conférences présentées au séminaire. Elles constituent en 2009 une collection de 5 titres :
Entre fiction et histoire : Troie et Rome au Moyen Age (1997)
Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval (2 volumes) (2002)
Dire et penser le temps au Moyen Age (2005)
Conter de Troie et d’Alexandre. Pour Emmanuèle Baumgartner (2006)
Ovide métamorphosé. Les lecteurs médiévaux d’Ovide (2009).

  • Les actes des colloques organisés par le centre.

  • 15 volumes de la collection Unichamp (Champion) autour du programme de l’agrégation, parmi lesquels Etudes sur le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris, Approches du Lancelot en prose, Relire le Roman d’Enéas, Le Goupil et le paysan, Mourir aux Aliscans.

  • 10 numéros spéciaux de la Revue des Langues Romanes, dont Recherches actuelles sur Villon, Avatars du Roman de Renart, Christine de Pizan, Ecrire l’histoire à la fin du Moyen Âge, Eléments pour un bestiaire du Moyen Âge.

  • La collection Champion Classiques Moyen Age, fondée en 2003 par Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner, offre des éditions bilingues des plus grands textes de la littérature médiévale et est en 2009 riche de 27 titres.


Hommage à Emmanuèle Baumgartner, décédée le 7 août 2005

Elle a fait du CEMA de Paris III et de son séminaire un centre où se rencontrent des chercheurs venus de tous les horizons. Grâce au rayonnement qu'elle a exercé sur toute une génération de chercheurs, elle a formé un solide contingent de médiévistes. Dans ses livres et ses innombrables articles, la littérature arthurienne (à la suite de son grand livre sur le Tristan en prose) n'est que l'un des domaines, avec la réception de l'Antiquité au Moyen Age, où son inlassable curiosité intellectuelle l'a conduite.
Présente sur tous les fronts, elle a défendu la cause du Moyen Age autant par ses prises de position que par l'image qu'elle a donnée de la vigueur de ce champ d'études.
Un colloque ("Des Tristan en vers au Tristan en prose") a été organisé en son honneur en 2007. Les actes ont paru en 2009 aux éditions Champion.



Hommage à Jean Dufournet, décédé le 5 mai 2012

Jean Dufournet s'est éteint.

Pour tous les médiévistes, il demeure une des figures majeures de la recherche en littérature française du Moyen Age : il a renouvelé, dans ses innombrables livres et articles, la vision de l'historiographie au XVe siècle (Commynes), du théâtre (Adam de la Halle), du Roman de Renart, de la poésie (Rutebeuf,  François Villon).

Il est aussi l'un des pères fondateurs de la Sorbonne nouvelle, où il a créé et développé les études médiévales et le Centre d'Etudes du Moyen Age.
Mais pour tous ceux qui l'ont connu et aimé, pour tous les étudiants dont il a suscité la vocation et qu'il a aidés de toutes ses forces, il laisse avant tout le souvenir d'une figure paternelle et tutélaire, inaltérablement généreuse et bienveillante, qui a su tirer de chacun le meilleur et former plusieurs générations de médiévistes.

mise à jour le 12 mars 2013