Accueil >> Université >> Présentation >> Histoire de l'université

Histoire de l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3


Le décret du 21 mars 1970 est le premier texte officiel à mentionner l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Il semblerait donc que l’histoire de la Sorbonne Nouvelle ne commence qu’en 1970. Et pourtant, les départements d’enseignement qui constituent le cœur de l’existence fondamentale de cette institution apparemment récente sont les héritiers directs de certains des nombreux cours dispensés à l’université de Paris du début du XIXe siècle jusqu’en 1969. La longévité de l’histoire de l’université est ainsi plus vaste que ne le laissent supposer les apparences : elle conjugue un passé riche d’événement avec la construction d’une identité propre lui permettant de mener à bien de grands projets institutionnels qui laisseront leur trace pour les générations futures.

                La construction de la Sorbonne Nouvelle : Des pierres et des hommes


Les origines de la Sorbonne Nouvelle

  • La faculté des Lettres de l’université de Paris

L’histoire de la Sorbonne Nouvelle, c’est avant tout l’histoire de l’ancienne Université de Paris et plus particulièrement de sa faculté des Lettres. La ville de Paris dispose depuis le XIIIe siècle d’une institution dédiée à l’enseignement supérieur. La forme moderne de cette institution est créém par$lE décret du 17 mars 1808 et organisée par l'arrêté du 6 mars 1809, sous l’appellation « Université de Paris » organisée en cinq facultés : la faculté des lettres, la faculté des sciences, la faculté de droit, la faculté de médecine, la faculté de pharmacie. L’enseignement est dispensé par des conférences dirigées par des professeurs titulaires assistés de maîtres de conférences et d’assistants permettant aux étudiants de réussir leurs examens de 1er cycle et de 2e cycle.

De plus, depuis le décret du 31 juillet 1920, des instituts rattachés soit à une faculté en particulier soit à l’Université se forment afin de compléter l’enseignement, notamment par la construction de bibliothèques spécialisées dans le domaine de connaissances.

  • Mai 1968 et la partition de l’Université de Paris
En mai 1968, un mouvement sans précédent des étudiants éclate sur fond de malaise latent, et se cristallise sur le rejet de toutes formes d’autorité... Lire la suite
 

Les président.e.s


Raymond Las Vergnas, né le 9 décembre 1902, obtient son baccalauréat ès lettres en 1920 puis la licence ès lettres à la Sorbonne en 1921. Il poursuit ses études par un diplôme d’études supérieures d’anglais qu’il obtient en 1923, l'agrégation d’anglais en 1926 et, pour finir, un doctorat qu’il soutient, toujours à la faculté des lettres de Paris le 7 mai 1932.

Il commence sa carrière en tant que professeur d’anglais au lycée d’Orléans (1927-1932) puis au lycée Janson-de-Sailly (1932), avant d’enseigner à la faculté des lettres de Besançon (1935), puis de Lille (1937). Pendant le Front populaire, de mai 1936 au début de 1937, Raymond Las Vergnas occupe le poste de chef de cabinet adjoint du jeune ministre de l’éducation nationale et des Beaux-arts, Jean Zay. Pendant la Seconde guerre mondiale, il est prisonnier de guerre durant trois ans. Après la Seconde Guerre mondiale, il est nommé professeur en Sorbonne, titulaire de la chaire de littérature et de civilisation modernes de la Grande Bretagne. En 1957, il est le fondateur universitaire du Centre d'études littéraires et scientifiques appliquées (CELSA) en lien avec plusieurs industriels dont Marcel Bleustein-Blanchet, directeur de Plublicis.

De 1961 à 1968, il dirige l’institut d’études anglaises et nord-américaines de Paris. En 1967, il accepte le poste d'assesseur du doyen de la faculté des lettres et sciences humaines en Sorbonne. À la suite des événements de Mai 1968, il propose en août 1968 à Edgar Faure la création du Centre universitaire de Vincennes qu’il préside jusqu’en mai 1969 suite à son élection de doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Paris, poste qu'il occupera jusqu'à l'éclatement de l'université de Paris en 1970. Il est ensuite élu premier président de l’université Paris-III Sorbonne-Nouvelle. Il prendra sa retraite en 1975 et décédera en 1994.

Actualités durant cette période :

- Cérémonie officielle de restitution des restes du Cardinal de Richelieu à leur place originelle dans le chœur de l’Eglise de la Sorbonne le 4 décembre 1971 en présence des présidents des universités parisiennes

- Création du service de formation permanente

Jacques Chouillet, né le 13 avril 1915, est admis à l’Ecole Normale supérieure de 1935 à 1938, études interrompues par la guerre. En effet, il se voit incorporé en octobre 1938, puis mobilisé en septembre 1939, fait prisonnier de guerre en juin 1940 et interné au camp d’officiers de Lübeck jusqu’en 1945. A la sortie de la guerre, il est réintégré à l’ENS pour sa dernière année d’études. Professeur agrégé de lettres au lycée Lyautey de Casablanca et au lycée Gouraud de Rabat (1946-1957), puis au lycée Michelet de Vanves (1957-1963), avant de devenir assistant, maître-assistant et maître de conférences à l’université de Caen (1963-1972). Il intègre en tant que professeur de littérature française l’université Sorbonne Nouvelle après son doctorat d’Etat obtenu en 1972 La formation des idées esthétiques de Diderot (1745-1763). Il est élu président de l’université le 4 octobre 1975. Il assure cette fonction jusqu’au 15 décembre 1980.

Actualités durant cette période :

- Dévolution des biens immobiliers de l’ancienne université de Paris

Projet de schéma élaboré par la Chancellerie des universités afin de répartir les différents locaux entre les universités parisiennes intra-muros (novembre 1978)

© Archives Paris 3, AE/028 

- Crise budgétaire de 1976

Version corrigée de l’article paru dans Le Monde en avril 1976 relatif aux difficultés financières des universités.

©Archives Paris 3, AC/032

Henri Béhar est né le 28 mai 1940. Il est nommé administrateur provisoire le 2 octobre 1981 avant d’être élu président le 19 mars 1982, fonction qu’il quitte le 23 juin 1986.

Contexte historique : loi Savary du 26 janvier 1984

Actualités durant cette période :

Indira Gandhi reçoit le titre de docteur honoris causa de l’université Sorbonne Nouvelle – - Paris 3 (reportage de la cérémonie sur le site de l’Ina)

- Auteur d’un livret L’Evolution de l’université 1980-1985 qui présente de manière synthétique les grandes orientations et réalisations de ces cinq années

Robert Ellrodt est né le 10 juillet 1922. Professeur agrégé au lycée de Montpellier (1945-1946), il est chargé d’enseignement à la faculté des lettres de Poitiers puis d’Alger jusqu’en 1957. Rentré en France métropolitaine, il   est élu président de l’université le 3 novembre 1986, fonction qu’il quitte le 28 juin 1991.

Actualités durant cette période :

- création de l’Institut d’études européennes.

Suzy Halimi, née le 5 octobre 1938, est admise à l’ENS, puis poursuit ses études à la faculté des lettres de Paris (licence et maîtrise d’anglais). Elle est assistante d’anglais à la faculté des lettres de Paris, et choisit l’université Sorbonne Nouvelle –Paris 3 comme université de rattachement au moment de la division de l’Institut d’études anglaise. Elle est nommée maitre de conférences et professeur. Elle est élue le 28 juin 1991, fonction qu’elle quitte le 14 juin 1996. Suite à cette expérience à la présidence de l’université, elle assure plusieurs responsabilités extérieures : conseillère pour l’enseignement supérieur au Ministère de l’éducation nationale ; rapporteur général des deux conférences mondiales sur l’enseignement supérieur à l’UNESCO (1998 ; 2009 ; et vice-présidente de la Commission française pour l’UNESCO.

Actualités durant cette période :

- création du Prix de la Nouvelle

- nouveau Journal d’information

Né le 23 avril 1941, licencié-es-lettres en 1961, reçu à l’agrégation de lettres modernes en 1964, et docteur en 1983. Il commence à enseigner au lycée Champollion de Grenoble en septembre 1964. Il devient assistant à la faculté des lettres de l’université de Lyon en septembre 1966 ; il intègre l’université Lyon 2 en 1970 où il monte les différents échelons (maître-assistant, maître de conférences et professeur). Il devient professeur au département des études cinématographiques de l’université Sorbonne Nouvelle en octobre 1988. Il est d’abord nommé chargé de mission aux PSN. Il est élu président de l’université le 14 juin 1996, fonction qu’il quitte le 11 mai 2001.

(c)Sorbonne Nouvelle/E. PrietoJean-Michel Lacroix est né le 8 avril 1944. Licencié d’anglais en 1965, il est reçu à l’agrégation en 1968. En 1971, il devient assistant agrégé à l’université de Bordeaux 3, puis maître-assistant jusqu’en 1981. Ayant soutenu sa thèse d’Etat intitulée « L’œuvre de H. Kelly (1739-1777) : contribution à l’étude du sentimentalisme anglais » en 1978, il est nommé professeur des universités tout d’abord à l’université de Bordeaux 3 (1981-1989), puis à l’université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (1989-2011). Aussi bien à Bordeaux qu’à la Sorbonne Nouvelle il a ssure la fonction de vice-president chargé des presses universitaires. Il est élu président en fonction à partir du 15 juin 2001. Il quitte son poste le 1er août 2002 suite à sa nomination en tant que recteur de l’académie d’Aix-Marseille, fonction qu’il avait déjà exercé à l’académie de Besançon (1995-1999).

Bernard Bosredon est né le 21 avril 1947. Licencié d’anglais, de lettres modernes, de philosophie et de logique, il est reçu au CAPES (1972), puis à l’agrégation (1974), il soutient sa thèse de 3e cycle à l’université Paris-Diderot en 1984 intitulée « P.F Strawson et ses travaux logico-linguistiques » suivie par une thèse d’Etat « Etiquetage et titres des tableaux » en 1994. Après avoir été professeur du secondaire, puis assistant de linguistique à la faculté des lettres de l’université Strasbourg 2, il est nommé maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle –Paris 3 en 1988, puis professeur des universités en 1995 au sein de l’UFR de littérature et langue française et latine. Nommé administrateur provisoire le 5 août 2002, il est élu président en fonction à partir du 15 octobre 2002 jusqu’au 14 avril 2008. En raison de son expérience de président d’université française, il effectue comme conseiller du ministère des affaires étrangères une mission d’assistance technique auprès de la République des Seychelles en vue de la création d’une université dans ce pays.

Actualités durant cette période : acquisition des anciens locaux du CNDP au profit des services de la Recherche

Contexte historique : loi LRU

Marie-Christine Lemardeley est née le 3 février 1953. Elle est admise à l’ENS (1972), puis est licencée d’anglais et de sciences de l’éducation (1973) ; admise au CAPES et à l’agrégation d'anglais en 1975, elle devient assistante à l’université d'Utah à Salt Lake City. En 1980, elle soutient une thèse de doctorat de 3e cycle intitulée « Anne Sexton et la poésie confessionnelle (1928-1974) » à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Après avoir enseigné dans le secondaire, elle devient assistante, puis maître de conférences (1988) et enfin professeur des universités (1990) à la Sorbonne Nouvelle –Paris 3 dans l’UFR des pays anglophones. Elle assure plusieurs responsabilités administratives et scientifiques, dont la direction de l’UFR. Elle est élue présidente de l’université en avril 2008, fonction qu’elle quitte en avril 2014 suite à sa nomination au poste d’adjointe chargée de l'enseignement supérieur, de la recherche et de la vie étudiante auprès de la maire de Paris.

Actualités durant cette période : membre fondateur du PRES Sorbonne Paris Cité

Carle Bonafous-Murat, 49 ans, est professeur de littérature irlandaise. Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses, agrégé d’anglais, il a fait une partie de ses études (maîtrise, DEA, puis doctorat) à la Sorbonne Nouvelle, et y a soutenu son Habilitation à Diriger des Recherche. Dans l’intervalle, il a enseigné à Lyon 2 et au Mans. Dans ces deux universités, puis à la Sorbonne Nouvelle, il a occupé des responsabilités diverses : directeur-adjoint de département, responsable d’une spécialité de Master, directeur d’Ecole doctorale, puis Vice-président du CA, Vice-président de la CR, enfin, d’avril à décembre 2014, administrateur provisoire. Il a également présidé la Commission des publications des PSN, la Commission des locaux, et a été chargé de mission pour la politique documentaire. Il a également été élu au CNU de la 11ème section, collège A, et a coordonné le groupe des VP recherche de USPC. A l’origine, ses recherches concernent principalement la poésie irlandaise et nord-irlandaise ainsi que la littérature moderniste (Joyce, Beckett, Yeats). Ses travaux les plus récents portent sur la logique et la casuistique, notamment médicale, dans la littérature anglophone des 19e et 20e siècles. Auteur de deux ouvrages et d’une soixantaine de publications scientifiques, il encadre ou a fait soutenir une vingtaine de thèses, ainsi que quatre HDR.

Actualités durant cette période : Rénovation de la Maison de la recherche terminée ; grand chantier de construction du site Nation en cours


Histoire des composantes pédagogiques

L’Université Sorbonne Nouvelle –Paris 3 a su adapter son programme d’études aux évolutions du monde extérieur. Ainsi, l’université a créé :

  • le département Lettres, arts, expression et communication (1984) dont le programme évoluera durant une dizaine d’année avant de devenir le département de Médiation culturelle (1994)
  • le département de langues étrangères appliquées/LEA (1978)
  • l’institut d’études européennes/IEE (1990)

L’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) fut rattaché administrativement et financièrement de 1970 à 1985 à la Sorbonne Nouvelle. Cette institution atypique dont l’origine et l’histoire avaient toujours été indépendantes de l’Université de Paris retrouve son autonomie à la faveur de la loi Savary de 1984 en accédant au statut institutionnel de « grand établissement ». Cependant, ce détachement institutionnel n’a pas entravé les nombreux liens d’enseignement et de recherche tissés entre les deux institutions.
 

Pour mieux connaître l’histoire de l’Inalco, consultez le site ici



mise à jour le 10 mars 2017