ED 514 >> Formation doctorale

ED514 2018/2019 atelier des doctorants Rencontres littéraires : lectures du roman français contemporain

Responsable(s)

Barbara Bellini doctorante EA ICEE

Contact(s)

inscription auprès de
barbara.bellini@univ-paris3.fr 

avant le 31 octobre pour les deux premières séances.

Objectifs

La formation, organisée par Barbara Julieta BELLINI, jeune chercheuse de l’ED 514 (équipe d’accueil ICEE), est ouverte aux doctorants de toutes les ED de l’université Sorbonne Nouvelle, quelle que soit leur année d’études.

« Rencontres littéraires » se propose de recréer un espace d’échange sur la littérature contemporaine, et en particulier sur la production romanesque depuis le début des années 2000 jusqu’à nos jours. A mi-chemin entre une formation doctorale et un club de lecture, ces rencontres ont pour objectif de déclencher une discussion sur les thèmes abordés et les formes assumées par le roman d’aujourd’hui. Pour chaque séance sera prévue la lecture intégrale d’un roman, à partir duquel les participants pourront engager un débat sur le style, l’intrigue et les idées qui y sont énoncées.

Afin d’assurer que la structure des séances soit cohérente, le débat sera structuré par l’organisatrice ; elle se chargera de fournir, au début de chaque séance, une brève présentation du livre à aborder, de son auteur.e et de sa réception critique ; elle dirigera la discussion pour qu’elle touche aux points saillants de chaque roman. Toutefois, la collaboration active des doctorants au débat est essentielle pour la réussite de la formation ! Les participants seront donc invités à dégager aussi des axes de discussion pour la séance.
Il n’est pas nécessaire d’être chercheur en littérature pour participer au séminaire. Bien au contraire, la pluridisciplinarité des domaines d’appartenance des participants permettra d’éviter le risque d’une clôture autoréférentielle parfois perceptible dans les débats littéraires. Quoique l’encadrement et le déroulement du séminaire soient plus structurés que dans le cas d’un club de lecture ordinaire, tous les amateurs de littérature sont invités à discuter librement dans le cadre de cette formation.
Les lectures proposées seront issues des aires de la production romanesque en langue française et sélectionnées selon un principe de diversité dans la forme et le fonds, afin d’élargir les questions critiques qui pourront se poser pendant le séminaire : dans la liste seront inclus, par exemple, des textes fictionnels, autofictionnels et de « témoignage », à contenu historique et fantastique, avec des dispositifs de narration variés. La diversité en ce qui concerne les maisons d’édition qui ont publié ces romans représentera aussi un critère de sélection. Enfin, des textes relativement courts seront privilégiés, pour alléger la charge de lecture qui s’ajoute au travail personnel des participants. Les participants sont invités, s’ils le souhaitent, à proposer (avant le début de la formation !) des ouvrages qu’ils voudraient aborder : vous pouvez envoyer vos propositions à l’adresse barbara.bellini@univ-paris3.fr. La liste définitive sera disponible au moins 2 mois avant le début de la formation.    

Chacune des six séances durera 2 heures et sera structurée autour d’un roman que les participants auront lu en préparation.
Une courte présentation du livre d’une durée de 10/15 minutes ouvrira la séance ; cette présentation sera faite par l’organisatrice ou, si quelqu’un le souhaite, par l’un des participants. Ensuite, les participants seront invités à se prononcer sur leurs impressions : le style, le contenu, l’originalité, l’intérêt esthétique du livre feront l’objet de la discussion ; l’organisatrice (et, le cas échéant, celui qui a proposé la lecture) se chargera de garantir que les péculiarités de chaque livre soient dûment abordées. La discussion sera conduite de manière aussi libre que possible ; si nécessaire, l’organisatrice se chargera de l’animer et la structurer.
En clôture de chaque séance, 10/15 minutes seront consacrées à proposer un compendium du débat.

 

Contenu

20 novembre  11h 13h : Martin Page, L’apiculture selon Samuel Beckett,
Éditions de l’Olivier, 2013

Lorsqu’il est chargé par Samuel Beckett de classer ses papiers, un jeune doctorant en anthropologie décide de tenir le journal de cette expérience. C’est un Beckett inattendu qu’il découvre chaque jour : un grand amateur de chocolat chaud à la garde-robe extravagante, joueur de bowling et apiculteur passionné.

Donnant libre cours à sa fantaisie, Martin Page s’interroge sur la figure de l’écrivain aujourd’hui, son image, son héritage littéraire.


11 décembre 10h 12h : Julia Deck, Viviane Elisabeth Fauville,
Les Editions de Minuit, 2012

Vous êtes Viviane Élisabeth Fauville. Vous avez quarante-deux ans, une enfant, un mari, mais il vient de vous quitter. Et puis hier, vous avez tué votre psychanalyste. Vous auriez sans doute mieux fait de vous abstenir. Heureusement, je suis là pour reprendre la situation en main.

16 janvier 10h 12h : Annie Ernaux, Regarde les lumières mon amour,
Seuil, 2014

Pendant un an, Annie Ernaux a tenu le journal de ses visites à l’hypermarché Auchan du centre commercial des Trois-Fontaines situé en région parisienne. « Voir pour écrire, c’est voir autrement », écrit-elle. On redécouvre en effet à ses côtés le monde de la grande surface. Loin de se résumer à la corvée des courses, celle-ci prend dans ce livre un autre visage : elle devient un grand rendez-vous humain, un véritable spectacle. Avec ce relevé libre de sensations et d’observations, l’hypermarché, espace familier où tout le monde ou presque se côtoie, atteint la dignité de sujet littéraire.

 20 février 10h 12h : Milan Kundera, La fête de l’insignifiance,
Gallimard, 2014

Jeter une lumière sur les problèmes les plus sérieux et en même temps ne pas prononcer une seule phrase sérieuse, être fasciné par la réalité du monde contemporain et en même temps éviter tout réalisme, voilà La fête de l'insignifiance. Celui qui connaît les livres précédents de Kundera sait que l'envie d'incorporer dans un roman une part de «non-sérieux» n'est nullement inattendue chez lui. Dans L'Immortalité, Goethe et Hemingway se promènent ensemble pendant plusieurs chapitres, bavardent et s'amusent. Et dans La Lenteur, Véra, la femme de l'auteur, dit à son mari : «Tu m'as souvent dit vouloir écrire un jour un roman où aucun mot ne serait sérieux... je te préviens : fais attention : tes ennemis t'attendent.» Or, au lieu de faire attention, Kundera réalise enfin pleinement son vieux rêve esthétique dans ce roman qu'on peut ainsi voir comme un résumé surprenant de toute son œuvre. Drôle de résumé. Drôle d'épilogue. Drôle de rire inspiré par notre époque qui est comique parce qu'elle a perdu tout sens de l'humour. Que peut-on encore dire? Rien. Lisez!
 
Attention la séance du 10 avril 10h 12h est annulée et reportée au 15 mai 10h 12h: Gauz, Debout-payé,
Le Nouvel Attila, 2014
Debout-Payé est le roman d’Ossiri, étudiant ivoirien devenu vigile après avoir atterri sans papier en France en 1990. C’est un chant en l’honneur d’une famille où, de père en fils, on devient vigile à Paris, en l’honneur d’une mère et plus globalement en l’honneur de la communauté africaine à Paris, avec ses travers, ses souffrances et ses différences. C’est aussi l’histoire politique d’un immigré et du regard qu’il porte sur notre pays, à travers l’évolution du métier de vigile depuis les années 1960 — la Françafrique triomphante — à l’après 11-Septembre.
Cette épopée familiale est ponctuée par des interludes : les choses vues et entendues par l’auteur lorsqu’il travaillait comme vigile au Camaïeu de Bastille et au Sephora des Champs-Élysées. Gauz est un fin satiriste, tant à l’endroit des patrons que des client(e)s, avec une fibre sociale et un regard très aigu sur les dérives du monde marchand contemporain, saisies dans ce qu’elles ont de plus anodin — mais aussi de plus universel. Un portrait drôle, riche et sans concession des sociétés française et africaine, et un témoignage inédit de ce que voient vraiment les vigiles sous leur carapace

 


 

 
 

Horaires


mardi 20 novembre de 11h à 13h
mardi 11 décembre de 10h à 12h
mercredi 16 janvier 10h à 12h  salle mezzanine
mercredi 20 février 10h à 12h
mercredi 10 avril 10h à 12h séance annulée
mercredi 15 mai 10h à 12h

salle de formation du pavillon
Maison de la Recherche 4, rue des Irlandais 75005 Paris
 

mise à jour le 10 avril 2019


Renseignements :

ED 514 - EDEAGE - Etudes Anglophones, Germanophones et Européennes
Université Sorbonne Nouvelle

Maison de la Recherche

Bureau A005

4, rue des Irlandais

75005 PARIS

Mél.
Sur Internet

Recherche d'un cours

Recherche d'un cours