ED 622 >> Activités Scientifiques >> Samedi de l'ED

-

ED268 2016/2017 Analyse de pratiques et réflexivité : quels objets pour une recherche en didactique des langues ?

Responsable(s)

Eliane BLONDEL
Lin XUE

Contact(s)

Eliane.blondel@univ-paris3.fr
lin.xue.1@univ-paris3.fr

Objectifs

La notion de réflexivité a rencontré une audience certaine dans des domaines disciplinaires variés : sociologie, psychosociologie, sciences de l’éducation, management, etc. En didactique des langues, on assiste depuis une trentaine d’années (Clark, 1988, Korthagen et Kessels, 1999) à une pénétration de la notion et des pratiques diversifiées notamment dans le champ de la formation des enseignants. Nous souhaitons au cours de cette matinée, recentrer la notion, la découvrir sous d’autres perspectives dans ce contexte disciplinaire de la didactique des langues.
Si, comme le pensent Argyris et Schön (Argyris et Schön, 1978, Schön, 1993), les praticiens agissent par essais et erreurs, tentatives infructueuses corrigées, élans créatifs, la réflexivité permettrait de conceptualiser une pratique professionnelle en construction. Mais quelles dimensions de l’activité d’enseignement doit-on ou peut-on prendre en compte dans une démarche de recherche ou de formation fondée sur la réflexivité ? Schneuwly (2015) a pointé la tendance des travaux relatifs à la réflexivité à se focaliser sur la dimension relationnelle de l’activité enseignante. Une centration sur les aspects techniques de l’activité enseignante est-elle en concurrence avec une focalisation sur le rapport interpersonnel entre enseignant et apprenants ? De quelles manières peut-on associer la dimension relationnelle et la dimension rationnelle de l’action d’enseignement dans une activité réflexive ?
Dans le cadre des travaux sur l’agir professoral du groupe IDAP, la réflexivité prend la forme d’une prise de conscience par l’enseignant de son propre travail, d’un retour sur une action située, donnant lieu à commentaires ou verbalisations, dans le cadre d’un dispositif négocié entre le praticien qui accepte ce retour sur sa propre action et l’enquêteur. A ce jour ce sont les conditions de réalisation de l’activité d’enseignement (le plus souvent dans la discipline du français langue étrangère) que nous avons interrogées. Par ce rapport distancié à l’action, on interroge le comment (riche de possibilités) mais aussi le sens de l’action, le pourquoi (les motifs) (Aguilar, Cicurel, 2014).
Comment, dans une formation initiale ou continue, l'analyse des interactions de classe et/ou de la pensée enseignante peut-elle contribuer à développer les compétences réflexives des enseignants en formation ? Dans quelle mesure les recherches existantes permettent-elles de doter les futurs enseignants d'un langage leur permettant de décrire les actes en oeuvre, de les comprendre et de les partager avec leurs pairs ou de les transmettre un jour à des stagiaires ? Est-ce que ce sont plutôt les données des recherches (l'analyse des interactions ou de discours d'enseignants sur leur pratique) que l'on veut (ou peut) exploiter pour développer le regard réflexif des enseignants en formation ? Ou est-ce que ce sont les résultats des recherches, les savoirs qu'elle permet de construire que l'on veut directement transmettre en formation ?
Des voix différentes s'exprimeront en cette matinée, parfois critiques ou sceptiques, parfois enthousiastes et convaincues quant à la notion ou la pratique réflexive. C’est cette confrontation d’idées et d’expériences que l’on souhaite encourager ici.

Contenu

Programme

09h30 - 9h40
Ouverture
Valérie Spaëth, Eliane Blondel et Lin Xue, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

09h40 - 10h30 Bernard Schneuwly, Université de Genève
A quoi réfléchit l’enseignant praticien réflexif ? De l’oubli des objets et outils d’enseignement

10h30 - 11h10 Lucile Cadet, Université Paris-Est Créteil
(Se) dire, (s’) écrire pour (se) construire ? L'attention au réflexif.

11h10 - 11h25 : Pause-café

11h25 - 11h55 Adji Thiaw, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3
Pratique réflexive et agir professoral : enjeux et finalité(s)

11h55 - 12h35 Nathalie Blanc, Université Lyon 1 - ÉSPÉ
Développement professionnel par et pour les interactions orales en formation d’enseignants : quels indicateurs pour tracer la réflexivité ?

12h35 - 13h Clôture
Francine Cicurel, université Sorbonne-Nouvelle Paris3

Horaires

Samedi 22 avril 2017
9h-13h

En Sorbonne Salle M
46 Rue Saint-Jacques 75005 paris

Bibliographie

Aguilar, J. et Cicurel, F. (2014, dir). « Pensée enseignante et didactique des langues ». Recherches et applications. n° 56, Paris : Clé international. Argyris, C., & Schön, D. A. (1978). Organizational learning: A theory of action perspective (Vol. 173). Reading, MA : Addison-Wesley. Cicurel, F. (2011). Les interactions dans l'enseignement des langues. Paris : Didier. Clark, C. M. (1988). “Asking the right questions about teacher preparation: Contributions of research on teacher thinking”. Educational researcher, 17(2), 5-12. Korthagen, F. A., & Kessels, J. P. (1999). Linking theory and practice: Changing the pedagogy of teacher education. Educational researcher, 28(4), 4-17. Schneuwly, B. (2015). A quoi réfléchit le praticien réflexif ? Objets et outils d’enseignement comme points aveugles. Le Français Aujourd'hui, (188), 29-38. Schön, D. A. (1983). The reflective practitioner: How professionals think in action (Vol. 5126). Basic books.

mise à jour le 4 avril 2017


Renseignements :

ED 622 - Sciences du langage
Université Sorbonne Nouvelle

MAISON DE LA RECHERCHE

Bureau A006

4, rue des irlandais

75005 PARIS

Tél. : 01.55.43.08.82
Mél.
Sur Internet

Documents à télécharger :

Recherche d'un cours

Recherche d'un cours