ED 267 >> Formation Doctorale

ED267 2021/2022 Conférences invitées ED Arts et Médias - UFR Arts et Médias

Présentation

En 2021-2022, conférences de professeur-e-s invité-e-s internationaux(ales) sont à nouveau organisées.


Federico Pierotti, Maître de conférence HDR, Université de Florence


Antonioni et la couleur: Le désert rouge (1964)

Cette intervention vise à éclairer le lien fort du film Le Désert rouge (Michelangelo Antonioni, 1964) avec la culture visuelle de la couleur de son époque. À travers l'examen de sources jusque-là négligées, il est possible d'attirer l'attention sur une série d'événements, promus entre 1957 et 1964, qui visent à diffuser une nouvelle idée de la couleur, en même temps qu'un outil d'éducation sensorielle, de sécurité et élément de vente.
Le film d'Antonioni est une étude de cas emblématique de cette conception de la couleur qui a fait son chemin en Italie pendant les années de boom économique. L'objectif sera de montrer comment la couleur peut être repensée dans le cadre d'une culture visuelle et médiale plus large, au sein de laquelle le cinéma devient l'une des nombreuses pratiques qui composent le champ élargi des expériences sensorielles.

Federico Pierotti est enseignant-chercheur en Études cinématographiques à l’Université de Florence. Il a publié plusieurs ouvrages consacrés à l’histoire et à l’esthétique du cinéma, dont Un’archeologia del colore nel cinema italiano : dal Technicolor ad Antonioni (ETS, 2016), Diorama lusitano : il cinema portoghese come archeologia dello sguardo (Mimesis, 2018) et La Couleur : une passion cinématographique (Classiques Garnier, 2020). 

Date et Lieu :

22 mars 2022 
de 14h30 à 16h
Salle D28
Censier, 13 rue Santeuil 75005 Paris


Nayla Tamraz, Professeure à l' université Saint - Joseph de Beyrouth

Représentations du territoire et les enjeux socio-politiques dans les pratiques artistiques contemporaines au Liban (2000-2020)

Le tournant du XXIème siècle sera également le moment où, dans le monde globalisé, la réflexion sur le paysage se déplace sur le terrain des sciences humaines sous la forme d’un paradigme, celui du territoire. Ce tournant de la représentation de l’espace dans un genre esthétique (paysage) à la représentation de l’espace comme territoire, c’est-à-dire comme un lieu où se négocient des problématiques en lien avec la contemporanéité donne également à comprendre le passage de l’idée d’une nation à la mise en échec de cette idée. C’est le passage du mythe à l’Histoire. Lieu de transformation, de fragmentation, de scarification et de négociation, l’idée même d’un territoire a, au regard de l’histoire du Liban, une existence problématique.
Elle devient le lieu d’une réflexion, le terrain sur lequel s’observent et s’analysent les éléments d’une sociologie culturelle et d’une géopolitique du territoire. Nous aborderons pour illustrer ce propos les représentations de territoires qui affleurent dans les pratiques artistiques contemporaines de ces vingt dernières années au Liban.

Biographie

Nayla Tamraz est professeure de littérature et d’histoire de l’art à l’Université Saint-Joseph à Beyrouth où elle dirige également le programme de master et de doctorat en critique d’art et curatoriat. Sa pratique parallèle de critique d’art et de curatrice l’a menée à organiser des expositions, en Argentine notamment, dans le cadre de la Biennale d’art contemporain d’Amérique du Sud.
Ses publications portent sur les théories et esthétiques comparées de l’image et du texte, ainsi que sur leur mise en contexte historique, ce qui l’a conduit à s’intéresser aux questions de l’histoire, de la mémoire et du récit, au topos de la ruine, aux représentations du territoire et, plus généralement, aux liens entre poétique et politique, dans la littérature et l’art du Liban de l’après-guerre. 

Date et Lieu :

21 avril 2022 
de 14h à 16h

Salle Claude Simon
Maison de la Recherche
4, rue des Irlandais 75005 Paris


mise à jour le 13 avril 2022


Conférences Arts & Médias 2020-2021


Le programme sera prochainement disponible