Accueil >> Recherche >> Actualités >> Colloques - journées d'études

Recherche

Don Quichotte avant Don Quichotte ?

du 30 mai 2018 au 1 juin 2018

Affiche.jpg
Organisation :
Michelle Szkilnik

Catherine Croizy-Naquet

Présentation:
S’il y a un type de récit qui semble attaché au moyen âge, c’est sans aucun doute le récit de chevalerie. À la croisée de l’histoire et de la fiction, le récit chevaleresque se développe à partir du XIIe siècle, son succès ne se démentira pas jusqu’au XVe, voire au XVIe siècle et cette mode littéraire se répandra dans l’Europe tout entière.

Du XIVe au XVIe siècle, il connaît toutefois des inflexions intéressantes. D’une part, ses liens avec l’histoire deviennent plus étroits. Les récits reflètent ou intègrent la réalité historique, les récits historiques empruntent de plus en plus aux fictions chevaleresques. Des personnages historiques (Du Guesclin, Boucicaut, Jacques de Lalaing, ou Bayard au XVIe s.) font l’objet de biographies héroïques rappelant étrangement les romans de chevalerie contemporains (Gillion de Trazegnies, Gilles de Chin, Tirant lo Blanc). Des motifs fictionnels pénètrent les chroniques et les histoires universelles dont le chevalier peut devenir l’auteur ou l’agent (voir La Bouquechardière de Jean de Courcy), ou dont les héros sont conformes aux chevaliers du temps (voir la cinquième mise en prose du Roman de Troie). Des personnages historiques d’époques plus lointaines (on pense au cycle de Jean d’Avesnes dont Saladin est le descendant) en revanche deviennent des personnages de nouvelles fictions.

D’autre part, s’introduit dans certains récits (on pense à Jean de Saintré, au Livre du Cuer d’amour espris, voire à Tirant lo Blanc, Curial et Guelfe) une distance critique dont il faudra évaluer la nature et le degré (inquiétude, scepticisme, ironie) et qui conduira Cervantès à rejeter cet héritage. Certes, cette condamnation du roman de chevalerie est plus nette au XVIe siècle. La manière dont Rabelais a repris, déformé et moqué le récit chevaleresque vient immédiatement à l’esprit. Montaigne de son côté condamne la lecture des romans de chevalerie, ce « fatras de livres, à quoy la jeunesse s’amuse. » Jodelle , Jean Maugin, Ronsard, Amyot, alors même qu’ils les lisent, se défient de l’imagination débridée qui s’y donne parfois cours. Les défenseurs des nouveaux romans italiens comme l’Orlando Furioso doivent répondre à ceux qui ne voient que songes creux et pernicieux dans ce type de littérature. Mais il faudrait examiner si ces réserves se manifestent plus tôt et sans doute d’une manière plus implicite. L’effort pour rapprocher le roman de chevalerie de la biographie historique ou pour introduire des motifs chevaleresques à l’intérieur de genres qui leur sont éloignés ne sont-ils pas un moyen de garantir le sérieux des récits chevaleresques ? Les récits chevaleresques du XVe siècle ne sont-ils pas tentés de réaliser la séparation entre arma et amor, les deux piliers de la vie du chevalier ?

Les XVe et XVIe siècles semblent partagés entre le plaisir de la fiction, et d’une fiction de plus en plus affichée, et l’inquiétude de voir sombrer l’idéal chevaleresque dans un imaginaire voué à distraire femmes et bourgeois. Cette tension se discerne dans la mode des pas d’armes si répandue en Espagne et en Bourgogne, mais aussi en France, au XVe siècle. Jeux pleins de fantaisie et d’excès, les pas d’armes n’en conservent pas moins une dimension sociale et politique très forte dans laquelle la chevalerie continue d’affirmer ses valeurs et la nécessité de les promouvoir par des récits.

Nous nous proposons d’étudier le récit de chevalerie en France, en Bourgogne, en Italie et en Espagne parce que le cheminement, entre ces pôles géographiques, des chevaliers réels aussi bien que des textes, via les traductions et les emprunts, les rend étroitement solidaires. Il nous paraît de même important de proposer un empan chronologique qui va du XIVe au XVIe siècle pour voir naître et éclater ce qu’on peut oser appeler la « crise » du récit chevaleresque.


Type :
Colloque / Journée d'études
Lieu(x) :
Maison de la Recherche - 4 rue des Irlandais - 75005 PARIS
Salle Claude Simon

mise à jour le 29 mai 2018