Accueil >> Université >> Présentation >> Portraits

Vie étudiante

Des étudiantes de Médiation Culturelle organisent le festival Objectif Censier

le 9 mars 2011

(c)Sorbonne Nouvelle/E. Prieto Gabriel


Sylvie Rollet et Mathias Steinle, enseignants au département Cinéma et Audiovisuel et créateurs du festival Objectif Censier, ont proposé aux étudiants de Médiation Culturelle d'organiser cet évènement.


Dorothée Libes : Avant la médiation, je travaillais dans le cinéma en tant qu'assistante de réalisation sur des longs métrages. Voulant réaliser mon propre court métrage, diffuser et auto-gérer ce projet, je me suis inscrite en Médiation culturelle.

Myriam Yassibe : J'ai fait une Hypokhâgne avant d'entrer en Licence 2 de Médiation culturelle : je voulais une formation plus professionnalisante et attachée au cinéma.

Charlotte Noizat : Passionnée de cinéma et de la diversité culturelle de cette discipline, je suis arrivée en Licence 2 de Médiation culturelle après une première année de licence de Communication et hypermédia.

Sarah-lola Nunes : Très investie dans une association culturelle, j'ai intégré dès la Licence 1 le département de Médiation culturelle pour diffuser le message de cette association et l'aider plus professionnellement à organiser des évènements.


Présentation du projet :

« Objectif Censier » est un tremplin professionnel pour les étudiants du département Cinéma-Audiovisuel de l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Ces étudiants produisent et réalisent leur film, qu'ils présenteront au festival les 8 et 9 avril lors de projections, d'une masterclass, et devant un jury. Le but est de créer la rencontre entre étudiants et professionnels et d'introduire un dialogue entre eux.

Comment et pourquoi avez-vous été amenées à prendre en charge cet événement ?

Dans le cadre de notre formation, nous devons réaliser un projet culturel et professionnalisant. Les professeurs en charge de ce festival ont proposé aux étudiants de Médiation Culturelle inscrits en spécialité « Images et audiovisuel » d'organiser ce festival et de contribuer pour la troisième année à son développement. L'idée de participer à ce projet nous a réunies toutes les quatre et nous nous sommes jetées sur l'occasion. Passionnées de cinéma et de festivals, nous envisageons ce projet à la fois comme une façon de s'intégrer dans une activité universitaire, et comme une réelle opportunité professionnelle.

La réflexion que vous menez sur ce projet mobilise-t-elle des compétences acquises lors de votre diplôme ?

Nos cours sont plutôt théoriques, donc pas spécialement basés sur l'organisation d'événements. Ce projet est une mise en pratique : nous apprenons à mobiliser des gens, des professionnels, à rechercher des lieux et des partenaires mais aussi à concevoir un plan de communication en tissant notre propre réseau professionnel. Le fait de travailler à quatre permet de concentrer nos idées et d'apprendre à fonctionner en équipe. Cela oblige à une répartition des tâches dans le groupe et à donner un rôle, une place à chacune. La communication est permanente entre nous et les professeurs, mais nous avons une large place pour nos idées, notre conception du projet et de son organisation.

Quel est votre rôle au sein du festival Objectif Censier ?

Nous devons chercher des fonds, organiser le planning de l'événement, contacter et entretenir ce contact avec les professionnels du cinéma, mais aussi avec les membres de l'université qui ont un lien avec ce festival. Nous avons trouvé des graphistes et créé avec eux une affiche du festival qui respectait la charte graphique de l'université tout en restant dans le concept du projet. Notre rôle est de devenir à la fois organisatrices, comptables, chargées de communication, créatrices d'événement.


Type :
Portrait

mise à jour le 5 mars 2012