Accueil >> Université >> Université >> Portraits

UFR LLD, Vie étudiante

David Keclard, lauréat de la 24e édition du Prix de la Nouvelle

le 2 octobre 2019

Etudiant en Master 2 de Littérature Générale et Comparée, David Keclard vient de décrocher le premier prix de l'édition 2019 du Prix de la Nouvelle avec "Mira".

David Keclard portrait.jpg
  • David, pouvez-vous nous présenter votre parcours ? Et votre parcours à la Sorbonne Nouvelle ?
Mon parcours est assez atypique et orageux... J'ai arrêté l'école à 14 ans en début de 4ème, et n'ai repris les études qu'en 2015 à la fac ! Tout le temps de ma déscolarisation, j'ai été autodidacte et ai énormément lu. Ça a aussi été l'occasion pour moi de me mettre à la musique (guitare à 15 ans, piano à 16 et violon à 18).

Comme j'avais soif de connaissances, j'ai finalement décidé de reprendre les études. J'ai donc passé un Diplôme d'Accès aux Etudes Universitaires en 2014 à Creil (60). Après avoir hésité avec la musicologie, je suis entré à la Sorbonne Nouvelle en 2015 en L1 de Lettres modernes, mineure Littérature Comparée. J'ai enchaîné avec un Master 1 en Littérature Générale et Comparée et suis à ce jour en M2. J'ai donc fait tout mon cursus universitaire à la Sorbonne Nouvelle.

Je travaille mon mémoire sous la direction de Mme Sophie Rabau. Il porte sur les rapports entre la poésie et la musique, en particulier chez Rimbaud et le compositeur russe Scriabine, autour de la notion de « démesure »...

Après mon M2, je compte préparer l'Agrégation de Lettres modernes.

  • Vous êtes lauréat du Prix de la Nouvelle 2019 avec votre nouvelle "Mira", pouvez-vous nous en dire plus ? Pourquoi avoir participé ?
J'avais déjà participé aux 21e et 22e éditions. Il s'agit de ma troisième participation : comme quoi il faut persévérer ! J'adore écrire et ai vu chaque année le Prix de la Nouvelle comme une opportunité de travailler ma prose. Le format court de la nouvelle permet de s'y livrer sans empiéter sur le temps réservé aux études, et j'ai souvent trouvé les thèmes inspirants ; notamment celui de cette 24e édition : « Baleine ». J'ai tendance, par perfectionnisme (et procrastination), à laisser inachevés les textes que j'ébauche... Ce concours m'a donc aussi permis d'avoir un petit recueil de nouvelles terminées sous la main !

En ce qui concerne « Mira », c'est un texte que j'ai pris beaucoup de plaisir à écrire, et que j'ai composé un peu à la manière d'un poème. Après avoir rassemblé toutes les idées (métaphores, calembours, visions, etc.) que m'inspirait le thème « baleine », j'ai cherché une histoire qui ne serait finalement qu'un prétexte pour articuler ces différents éléments... Lorsque j'écris une nouvelle, j'imagine toujours la chute dès le début. Cela me permet, au moment de la rédaction, de préparer son effet, de semer de fausses pistes... voire parfois de la divulgâcher avec facétie en l'annonçant textuellement, mais en termes suffisamment ambigus pour que le lecteur ou la lectrice n'y prêtent pas attention !

  • Avez-vous écrit d'autres textes ? Reçu d'autres distinctions ?
Mon premier rapport à l'écriture a été la poésie vers 14 ans, et ce sont donc essentiellement des poèmes que j'écris. J'en compose encore assez régulièrement. Avant mes participations à ce Prix, je n'avais écrit qu'une nouvelle d'environ 14000 mots. C'était un peu un exercice avant de passer à la rédaction plus développée d'un roman. Ce premier roman, je suis – enfin ! – en train de l'écrire, et j'espère le finir dans des délais raisonnables ! Je me suis aussi essayé à la critique policière (« Lautréamont à Whitechapel, ou Maldoror l'éventreur », via la plate-forme InterCriPol), discipline que j'ai découverte lors des cours et séminaires de Sophie Rabau.

Le Prix de la Nouvelle 2019 est ma première distinction. J'en suis très fier et elle m'encourage à persévérer dans l'écriture, notamment celle de mon roman.

  • Avez-vous un conseil à donner aux étudiants de la Sorbonne Nouvelle ?
Quel conseil donner qui n'aurait pas déjà mieux été formulé par d'autres ? Je ne vois que celui-ci : venez en Littérature Générale et Comparée...!

Plus sérieusement, je conseillerais juste de ne pas sacrifier ses passions aux études, mais de toujours chercher à concilier les deux.
Type :
Portrait

mise à jour le 22 octobre 2019