Accueil >> Recherche >> Actualités

Recherche

Chercher

 
"Si le succès actuel du mot "serendipité" est le symptôme d'une sorte d'insurrection contre la sclérose de la recherche scientifique actuelle, c'est donc aussi un concept qui peut la revivifier. On verra que ce récit met progressivement en place un triptyque conceptuel qui pourrait devenir la devise d'une future République des Lettres, des Arts et des Sciences : sérendipité/indisciplinarité/réflexivité."
 
Laurent Loty, "Un mot qui libère (préface)." dans Sylvie Catellin, Sérendipité. Du conte au concept, Paris, Éditions du Seuil, 2014, p. 13.
 

Fort de l’idée que la recherche peut-être une forme de création, le CEQ met en oeuvre des manières de chercher qui sortent des modes institués de production de connaissance. Pour ne pas tourner en rond en cherchant comment chercher, nous nous associons volontiers à celles et ceux qui expérimentent déjà de longue date, des deux bords de l’Atlantique, un renouvellement des protocoles scientifiques et l’ouverture des catégories “savoir”, “compétence”, “théorie”, etc. Les objets d’enquête et les entrées thématiques peuvent varier : notre objectif est avant tout d’imaginer en acte une recherche toujours attentive à ce qu’elle modifie chemin faisant - y compris sa propre forme et sa destination.


Deux exemples
 
 
image : Clément de Gaulejac
 
Le colloque La Création comme résistance a été organisé par le Centre d’études québécoises de la Sorbonne Nouvelle - Paris 3 (UMR 7172 THALIM), le Centre de Recherche sur les Liens Sociaux (UMR 8070 CERLIS) et le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) en partenariat avec le Tarmac, scène francophone internationale. Cette manifestation internationale s’est tenue en deux volets : une édition montréalaise en mars 2014 puis un pendant parisien en mars 2015.
 
La programmation articulait des formats d’intervention complémentaires : communications scientifiques, rencontre littéraire et musicale, projections, tables rondes, exposition et ateliers. Elle a réuni des chercheur.e.s du monde entier ainsi que des artistes, médiateurs et artivistes. Notre perspective consistait à encourager le décloisonnement disciplinaire et institutionnel pour envisager l’UniverCité comme un lieu où se retrouver pour faire émerger une pensée qui articule recherche, action et création.
 


Exploration des hétérogénéités constitutives de « la langue » et de leurs conséquences parfois vertigineuses, l’imaginaire hétérolingue envisage la traduction comme une manière d’énoncer en tant qu’autre. Davantage qu’un simple transfert, ce serait donc une ventriloquie par laquelle un sujet parlant résonne d’une voix qui n’est pas la sienne. Que devient cette hypothèse lorsque l’on considère les langues dans leur dimension sonore ? Comment articuler l’acception métaphorique de « la voix » avec la matérialité concrète d’un corps, la singularité d’un timbre ou d’un accent ? Cette nouvelle exploration supposait un dialogue entre recherche et création, la possibilité de prendre langue par-delà les frontières disciplinaires – ce qu’ont fait poètes, musiciens, traducteurs et chercheures.

Les événements passées




mise à jour le 14 juin 2017


À venir