Accueil >> Formation

Célia Bussi

le 9 décembre 2011

Célia Bussi, 33 ans Certifiée d’italien, Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’Université Sorbonne Nouvelle. Spécialiste de théâtre, Doctorante en Etudes italiennes.

photo Célia Bussi.JPG
Après mon Bac et une année de Classe Préparatoire économique et commerciale, j'ai décidé de renoncer aux Grandes écoles, auxquelles j'avais pourtant été admise, pour m'épanouir dans le domaine de l'italien et suivre, à l'université, une licence binationale franco-italienne. Désireuse de travailler dans le milieu du spectacle vivant, je me suis penchée, pour mon mémoire de Maîtrise (correspondant à l'actuel Master 1), sur les mises en scène françaises et italiennes des pièces de Goldoni.

Curieuse de connaître les différents secteurs du domaine culturel, j'ai effectué dès ma licence plusieurs stages, parallèlement à mes études ; ma formation en langue italienne m'a considérablement aidée à obtenir ces expériences professionnelles variées, qui ont été pour moi l'occasion d'une première approche du monde de la culture. Tout d'abord intéressée par le patrimoine pictural de la ville de Chambéry, ancienne capitale de la Maison de Savoie, j'ai été chargée des recherches scientifiques pour l'exposition Rappresentazione della Casa Savoia nel Settecento au Musée des Beaux-Arts de Chambéry, qui possède une très grande collection de peintures italiennes.
Souhaitant par la suite faire un stage en lien avec le cinéma italien, j'ai pu exercer mes compétences en langue en tant qu'interprète lors de la XVIIe édition du Festival du Cinéma italien d'Annecy qui accueille, chaque année, plusieurs acteurs et réalisateurs italiens (notamment Dino Risi et Ettore Scola en 1999).
Attirée par le théâtre, qui a toujours été pour moi une source de fascination et d'épanouissement, j'ai pu approfondir ma connaissance du milieu théâtral grâce à la Scène nationale de Chambéry et de la Savoie, l'Espace Malraux, qui m'a offert la possibilité d'effectuer deux stages en son sein, décrochés grâce à ma maitrise de la langue italienne. Lors du premier stage, j'ai été l'attachée linguistique du théâtre auprès de l'équipe du Piccolo Teatro de Milan, accueillie à l'Espace Malraux lors de la représentation de L'Arlecchino, servitore di due padroni de Giorgio Strehler. Pour mon deuxième stage, l'Espace Malraux m'a confié l'organisation du festival « Le Printemps Turinois », ce qui m'a permis de côtoyer plusieurs aspects de la Scène nationale : la programmation, la communication et la prise en charge des artistes.
Séduite par l'énergie et l'entrain de l'équipe du théâtre, j'ai poursuivi ma formation universitaire par un DESS (aujourd'hui Master 2) dans le domaine culturel, au cours duquel j'ai effectué deux stages. Pour le premier, fait à mon initiative personnelle, j'étais chargée de projet au service Animation et tourisme de la Mairie d'Aix-les-Bains, au sein duquel j'ai collaboré à la création d'une nouvelle structure théâtrale. Mon deuxième stage, obligatoire dans mon cursus, s'est déroulé au Théâtre des Célestins de Lyon ; j'y ai conçu et réalisé une enquête sociologique auprès du public, après le changement de direction et de programmation advenu pendant la saison 2000/2001.
Par ailleurs, j'ai eu la chance de pouvoir participer à une aventure associative puisque j'ai été, pendant deux ans,
présidente de l'association AMICUS, Italianisme et Culture à l'Université de Savoie : avec d'autres étudiants, nous avons œuvré à mettre en place des actions visant à financer nos voyages d'études (en Toscane, Sicile, Ombrie...). Grâce à cette expérience associative, qui a développé en nous un sens de l'organisation et de la combativité, nous avons pu promouvoir la culture italienne, par le biais de spectacles et de conférences, et ainsi célébrer notre matière de prédilection, l'italien.
J'ai ensuite été embauchée en CDI par l'Espace Malraux, où j'avais fait deux stages, en tant que Chargée des relations publiques. Pendant les six années où j'ai exercé ces fonctions, je me suis occupée de plusieurs manifestations italiennes, comme le festival La Passeggiata
, rencontre pluridisciplinaire présentant les formes innovantes italiennes dans le domaine du théâtre (Pippo Delbono), de la danse (Caterina Sagna) et de la photographie (Maura Banfo). Parallèlement à ce travail, j'ai été sollicitée par Emma Dante, auteur et metteur en scène, pour réaliser le surtitrage de sa pièce, Mishelle di Sant'Oliva, accueillie par l'Espace Malraux puis par le Théâtre du Rond-Point à Paris.
Si je devais tirer un bilan de mes expériences, je dirais que j'ai réussi à m'insérer rapidement dans le monde du travail grâce aux divers stages que j'avais précédemment faits et à mon profil de spécialiste de la langue italienne (langue d'art et de culture), qui a plu aux directeurs de théâtre. Je ne saurais donc trop recommander l'étude de la langue italienne puisqu'elle m'a permis de découvrir des mondes très différents et m'a offert une expérience plurielle et enrichissante.

Après ces riches années passées dans le milieu du spectacle vivant, j'ai décidé de me consacrer plus spécifiquement à la langue italienne et de préparer le concours du CAPES qui permet d'enseigner dans le Second degré ; j'ai choisi pour cette préparation le Département d'Etudes italiennes et roumaines de l'Université Sorbonne Nouvelle, réputé pour ses cours de qualité et ses taux de réussite au concours. Après avoir obtenu le CAPES en 2007, j'ai commencé à enseigner l'italien en lycée, puis dans le Supérieur. A
ctuellement détachée de l'Education nationale, j'enseigne l'italien à Paris 3, tout en préparant une thèse de Doctorat en Etudes italiennes sur le théâtre d'Eduardo De Filippo, sous la direction de Mme le Professeur Myriam Tanant. Ainsi, mes deux passions - le théâtre et la langue italienne - se retrouvent encore une fois réunies.

Type :
Portrait

mise à jour le 29 juin 2015