EA 4399 >> EA 4399 - CREW >> Présentation

Axe 2 : "Information, médias et représentations"

Organisation

Présentation

Les médias sont un élément identitaire fort des mondes anglophones, dont les distances géographiques ont toujours été telles qu'elles ont nécessité la mise en place de moyens de communication et d'information puissants et très évolutifs. Ils se sont donc très tôt inscrits dans des stratégies d'internationalisation, dont le dernier avatar du moment semble être « la mondialisation », ainsi que dans des stratégies de représentations identitaires spécifiques.

La pertinence de cet axe tient à plusieurs hypothèses qu'il faut explorer transversalement, de manière multi-disciplinaire, liées à la fois à l'information, à la communication et à la transmission. Il doit également respecter la nécessité scientifique de maintenir une analyse équilibrée entre une culture visuelle et médiatique en situation, historiquement ancrée, propre aux différents pays anglophones concernés (de la Grande-Bretagne à l'Australie en passant par le Canada, les Etats-Unis et l'Inde) et une internationalisation et une standardisation croissante des représentations dans et hors la sphère anglo-saxonne.

Les hypothèses et thématiques privilégiées de l'Axe 2 sont :

1. « L'invention » de l'information. Elle est souvent attribuée aux pays anglophones, notamment l'axe anglo-américain, une notion qu'il faut examiner, critiquer, remettre dans son contexte d'évolution. Cette invention est associée au développement historique de la démocratie, de la création de l'opinion publique, de l'agir communicationnel. Elle s'inscrit désormais dans des interrogations liées à la propagande d'état, à la liberté d'expression et aux pratiques et usages du journalisme, tant dans des situations de conflit (Guerres du Golfe, etc.) que dans des situations virtuelles (la blogosphère, etc.).  L'internationalisation du marché de l'information et l'appropriation géo-idéologique de ses produits (BBC World, Al-Jazeerah in English, ...) affecte les mutations du discours de l'information et permet d'établir des liens de recherche avec le master « journalisme bilingue » qui forme les étudiants aux cultures journalistiques de  la Grande-Bretagne et des Etats-Unis.

2. Mondialisation et américanisation. Les médias américains sont souvent considérés comme vecteurs d'une mondialisation qui ne serait qu'une « américanisation », autre notion qu'il faut analyser, critiquer et mettre dans son contexte d'évolution, dans une perspective comparatiste, en liaison avec la politique étrangère des pays anglophones, leur économie et en contraste avec les choix d'autres régions du monde comme l'Europe ou l'Amérique latine. Des liens de recherche peuvent être établis avec les travaux des équipes de l'OPA, du CERVEPAS, du CREC et du CRAN.

3. Représentations et diversité culturelle. Les produits et programmes des médias anglophones servent de référence et tendent à produire une homogénéisation des formats et des contenus, autre notion qu'il faut examiner, dans le contexte des processus de production, de réception et d'acculturation. S'y ajoute le nouveau contexte international du traité international sur «  la protection et la promotion de la diversité  des contenus culturels et des expressions artistiques » (2006), qui implique une observation précise des représentations véhiculées par les médias nouveaux et anciens dans les mondes anglophones et en dehors. Il s'agit ici plus spécifiquement d'interroger l'image en général dans son insertion à une culture populaire et une culture jeune qui se mondialisent alors que ce n'était pas leur finalité première car elles sont également ancrées dans une tradition qui n'est pas entièrement exportable (notamment avant le XXe siècle).  Les politiques d'identité et leur critique des stéréotypes, les figures du féminisme et de la masculinité ainsi que les crises de l'ethnicité sont toutes invoquées et leur réception socialisée et renégociée par le biais des médias, tant pour construire l'identité nationale que pour l'exporter. Des liens de recherche sont possibles avec l'axe 3, et  des possibilités de capitalisation et de mutualisation sont à prévoir avec le projet d'observatoire de la diversité culturelle développé par l'UNESCO.

4. Transmission et éducation aux médias. L'une des fonctions sociales et cognitives essentielles des médias est celle de la transmission tant des identités que des valeurs et des connaissances. Les médias et les nouvelles technologies font désormais partie intégrante de processus d'industries culturelles, d'industries créatives et d'industries de la connaissance. S'y ajoutent des attentes de plus en plus grandes en termes d'éducation traditionnelle, de formation à distance (e-learning) et d'éducation aux médias (digital literacy, visual literacy, ....). Les médias des pays anglophones y ont répondu très tôt, et ils servent de laboratoire d'idées, de modèles pédagogiques et économiques dont l'impact n'est pas sans interpeller les notions communément acceptées de partage des connaissances, de travail collaboratif, etc. Des liens de recherche sont envisageables avec le master AIGEME aux deux parcours « ingénierie de la formation à distance » et « ingénierie de l'éducation aux médias » diffusé par l'ENEAD. Des possibilités de mutualisation sont à prévoir dans le cadre du rapport mondial sur l'éducation aux médias sous l'égide de l'UNESCO.

Cet axe présente l'intérêt de regrouper les travaux de nombreux collègues maîtres de conférence et professeurs, en synergie avec les travaux de doctorants dans le domaine. Il met en valeur le « parcours image » développé à Paris 3 du L1 au M2.  Il présente également l'intérêt de préparer à une éducation aux médias et aux TIC qui fait désormais partie du socle commun de connaissances, selon l'inspection générale. Ceci aurait pour avantage de préparer les candidats au concours du CAPES et de l'Agrégation et d'attirer des étudiants de l'IUFM, tout en se greffant au master AIGEME  et aux autres masters professionnels offerts par l'université.

mise à jour le 6 février 2017