EA 4398 PRISMES >> Axes de recherches >> Atelier fédérateur P.O.E.M.

Atelier fédérateur: "Performativité, oralisation, Mise à l’Écran du poème (POEM)"

Calendrier de l'année 2016-2017


18 novembre: 17 h 30-19 h 00: Andrew Johnston Poet of New Zealand, poems from New Zealand, Maison de la recherche

18/19 novembre :  Memoranda to MacNeice : 2 day international MacNeice Symposium, in collaboration with POEM/Vortex/Pôle Irlande Universités de Caen, Lille, Rennes, Maison de la Recherche/Grand amphi

9 décembre, 17 h 30-19 h 00:  Caitriona O’Reilly, Lecture commentée de poèmes, Salle 12, IMA

27 janvier, 17 h 30-19 h 00: Theo Dorgan & Maram El Masri: "Between two voices , between three languages (Arabic, French, English)". Grand Amphi, IMA

8 mars, 19 h 30-21 h, Centre Culturel Irlandais: Journée internationale des femmes  / Printemps des poètes: "Femmes en poésie: Lecture de poésie" (événement organisé en collaboration avec le Centre Culturel Irlandais, 5 rue des Irlandais, 75005 Paris) avec les poètes Eiléan Ní Chuilleanáin, Nuala Ní Dhomhnaill et Doireann Ní Ghríofa
 http://www.centreculturelirlandais.com/agenda/femmes-en-poesie

Réservation nécessaire auprès du CCI.

17 mars, 17 h 30 - 19 h: Célébration de la Saint-Patrick: "Poetry and Piping": Lecture de poésie irlandaise accompagnée de musique jouée à la cornemuse, Grand amphi,

24 mars, 17 h 30-19 h 00:  Sam Riviere, "81 Austerities Film Poems" (and poésie bilingue),  Salle 12, IMA
Sam Riviere nous lira certains de ses poèmes en anglais, avec des traductions en français par Sarah Montin.  http://samriviere.com

19 mai, 17 h 30: Deborah Paradez (Columbia), joint event with CREW,  Salle 12; 

Deborah Paredez est l'auteure du recueil de poèmes This Side of Skin (Wings Press, 2002) et de la monographie Selenidad: Selena, Latinos, and the Performance of Memory (2009). Ses poèmes ont été publiés notamment dans le magazine Poetry, le New York Times, Callaloo, Crab Orchard Review, Palabra, et Poet Lore. Deborah Paredez est la co-fondatrice de CantoMundo, une association américaine de poètes latinos/as. Elle enseigne la poésie et les études ethniques à l'université de Columbia.
Des poèmes de Deborah Paredez seront traduits et lus par des membres du TRACT (Prismes).
La séance est organisée par Clíona Ní Ríordáin et Hélène Quanquin dans le cadre du projet "Poetry and Protest".

20 mai, 17 h 00-18 h 00: Poets for Herbert; In collaboration with the George Herbert international conference. IMA

8 juin, 17 h 30 - 19 h 00: Séance conjointe avec l'équipe IRLANDE: Rencontre et lecture, Peter Fallon, salle 12, IMA

Poète, traducteur (notamment de Virgile), et directeur de la maison d’édition Gallery Press, qui compte dans son catalogue des poètes aussi célèbres que Seamus Heaney ou encore Paul Muldoon, Peter Fallon viendra lire sa poésie et nous parler de son rôle dans le développement de la poésie contemporaine en Irlande, un rôle qu’il a commencé à jouer lorsqu’il était encore étudiant à Trinity College Dublin.
http://www.peterfallon.com

4 mai 2016, 13h 30, s.12 : Rencontre avec Anne Karhio de l’université de Bergen sur le sujet suivant: "Overlapping Windows: Poetry and Digital media".
 
30 mai, 14 h 30 - 16  h 30, Grand amphi,  Martin Espada: lecture et conférence. Evénement organisé par CREW (EA 4399), PRISMES (EA 4398) et le département du Monde Anglophone.  Organisateur/ices : Hélène Quanquin (CRAN/CREW), Clíona Ní Ríordáin (atelier POEM/PRISMES), Jim Cohen (CRAN/CREW), Hélène Le Dantec-Lowry (CRAN/CREW). Traducteurs/ices: Isabelle Genin, Yves Lefèvre, Tomás Pereira Ginet-Jaquemet. Lecture bilingue et entretien Martín Espada, auteur de Vivas to Those Who Have Failed (W.W. Norton, 2016)
 

POEM: Pour quoi faire?

 
Performativité, oralisation, Mise à l’Écran du poème (POEM)

On a plaisir à rappeler que l'intérêt commun pour la poésie du monde anglophone, et pour la poétique, dans ses relations, notamment, avec la linguistique et la traduction, relève d'une longue tradition à la Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Aujourd'hui, la proposition de cet atelier fédérateur part du constat évident qu'un grand nombre de chercheurs travaillent sur la poésie et les poétiques dans les cinq pôles de recherche de PRISMES que sont VORTEX, SeSylia, PEARL, TRACT et Irlande. Spécialistes de poésie métaphysique, romantique, moderniste ou contemporaine (des domaines britannique, irlandais et américain) ainsi que linguistes et spécialistes de traductologie pourront ainsi élaborer des actions de recherche fructueuses.

POEM, historiquement

Les lectures publiques de poèmes sont très répandues dans les pays anglophones, cela depuis longtemps. Les récitals de Dylan Thomas et de Ginsberg, pour prendre ces seuls exemples emblématiques, sont encore dans toutes les mémoires. Outre la dimension civilisationniste ou culturelle du phénomène (qu’une comparaison avec la faible pratique en matière de lecture publique en France ferait ressortir), il paraît utile de s’interroger sur la matérialité des supports sur lesquels ces sessions furent, le cas échéant, enregistrées. On rappellera que Robert Browning est le premier à avoir procédé à l’enregistrement d’un de ses poèmes, en 1888, quand sa voix « imprima » sur un cylindre de cire «How they Brought the Good News from Ghent to Aix »; L’enregistrement est aujourd’hui disponible, avec cent-vingt sept autres, dans l’ouvrage compilé par Rebekah Presson Mosby qui servira de base de travail, Poetry on Record, 98 Poets read their Work 1888-2006 (Shout ! Factory, 2006). Quant à l’histoire de la poésie dite et/ou faite en public, si elle plonge ses racines dans la nuit des temps, elle s’est renouvelée depuis que Marc Smith a initié à Chicago, dans les années 1980, les premières « battles » de Poetry Slam. Prolongée par le succès de la dub poetry, d’origine jamaïcaine, cette poésie à base d’oralité et d’oralisation est aujourd’hui portée par Jean Binta Breeze, Michael Smith et Benjamin Zephaniah, pour qui performance et performativité de la parole poétique se rejoignent. Il existe enfin une tradition, forcément moins longue, de poèmes portés à l’écran : ainsi, le film de Mike Newell, Four Weddings and a Funeral (1994) donne t-il à « (ré)entendre » le poème de W.H. Auden, « Funeral Blues ». La qualité souvent inégale de films scénarisant la vie de poètes (Bright Star (2009) de Jane Campion, The Edge of Love (2007) de John Maybury) ne devrait pas nous détourner de notre objectif, qui est de réfléchir aux moyens de rendre visible l’invisibilité de la poésie.  

POEM, théoriquement

Le changement assez profond des conditions de réception et de compréhension du poème au XXe siècle se marque par une montée en puissance de la vocalité, de la « voix-action » et par un discrédit symétrique, celui qui frappe les formes de fixité écrite. Est-ce à dire pour autant, comme le prétend Christian Doumet, que la poésie dite « sonore » créé un « triple effet d’assignation » (Doumet 40) : assignation du poète à un rôle de performeur ; assignation du lecteur à un rôle d’auditeur ; assignation du texte au statut éphémère que lui confère telle réalisation sonore particulière, datée et située ? N’est-il pas plus constructif d’observer que si la poésie est faite « pour un œil-oreille » (Roubaud 126), l’énoncé recouvre au moins trois réalités distinctes : d’une part la voix-oreille de l’auteur (comment le poète s’est-il lui-même entendu dire son poème ?) ; d’autre part la voix écrite du poème, c’est-à-dire les prescriptions vocales (effets rythmiques, échos phonétiques, liaisons et ruptures…) qu’il contient ; enfin sa voix vocalisation, autrement dit telle ou telle de ses réalisations sonores (Doumet 38-39) ? D’un mot, la théorie aura pour visée de sonder les degrés d’accord ou de désaccord entre la pratique orale de la poésie et « l’essentielle aphonie du poème » (Doumet 37). 

POEM, pratiquement

L’atelier est un atelier et se réunira trois fois par année universitaire. Axé sur la dimension pragmatique de la poésie et attaché à étudier les phénomènes de collaboration (ou de rivalité) sensorielle, il prendra en compte des pratiques et ne répugnera pas à organiser des événements. Il bénéficiera en la matière de l’expérience accumulée par Cliona Ni ‘Riordain qui, depuis plus de 5 ans, organise des lectures publiques bilingues de poésie irlandaise, en présence des poètes traduits et en partenariat avec le Centre Culturel irlandais, ainsi qu’avec des maisons d’édition (Dedalus, PSN). Ces lectures publiques témoigneront de notre volonté de nous ouvrir à nos étudiants de Licence et de Master, mais aussi au grand public parisien – à l’image du colloque International « Cage Transatlantique » organisé par PRISMES du 20 au 22 septembre 2012. L’Atelier a pour vocation de travailler, dans le cadre du PRES, en association avec les poéticiens anglicistes de Paris Diderot

POEM, en conclusion

On le voit, les questionnements présentés sont nombreux et complexes. C’est le moment de rappeler que les membres de PRISMES disposent de compétences reconnues dans des domaines multiples et variés—en linguistique, en littérature, en traductologie, en civilisation, en didactique— et qu’ils s’engagent à les mobiliser autour d’un thème et d’actions à caractère fédérateur. Porté par Marc Porée, co-responsable de VORTEX, ce projet n’existera que s’il est relayé et co-animé par des représentants d’au moins trois (idéalement cinq) des cinq équipes qui composent PRISMES, de façon à garantir dans la durée un fonctionnement véritablement transversal. À ce titre, les trois volets, historique, théorique et pratique, de la problématique, n’ont été dissociés que pour la clarté de l’exposition. Ils sont résolument complémentaires et c’est donc de manière complémentaire que les membres d’ATP entendent répondre à la triple question qui présidera à leurs travaux menés et réalisés en commun : « La poésie, comment la lisez-vous, comment l’entendez-vous, comment la voyez-vous ? »

POEM, Programme de réflexion

Qu’apporte la lecture publique de la poésie ? Distinguer la lecture par les poètes eux-mêmes, c’est quand même l’occurrence la plus fréquente, et la lecture par des comédiens, des lecteurs professionnels, en présence ou non du poète.

Que change la lecture à la réception, à la compréhension du poème ?

En quoi, pour prendre ce cas particulier, les lyrics composés par des artistes de la scène rock ou pop relèvent-ils, ou non, de la poésie ? Christopher Ricks a écrit sur l’œuvre de Bob Dylan, qu’il est l’un des premiers à traiter avec le même sérieux que le même brillant universitaire accorde à T.S. Eliot ou à Tennyson. En 2008, aux Final Exams de l’Université de Cambridge, un « song-lyrics » d’Amy Winehouse a fait l’objet d’une épreuve écrite de littérature, dans le cadre d’une comparaison avec un poème de Walter Raleigh, et des paroles de chansons de Bob Dylan et de Billie Holliday. Signe des temps ?  

Pourquoi la réticence chez certains poètes à se livrer à l’exercice de la lecture en public, voire de l’enregistrement, alors que d’autres estiment au contraire que si la poésie ne veut pas disparaître des radars, elle doit franchir le pas, passer l’épreuve de la rampe. Le soupçon d’histrionisme, adressé dans un passé récent à Dylan Thomas, a-t-il encore cours ?

Comment lire le poème : d’une voix neutre, avec le ton, avec ou sans recherche d’effet ? Comment lit-on au mieux le poème ? Lire, ou réciter… parce qu’on a appris le poème « par cœur » (Derrida) ?

Que voit-on quand on voit un poète à l’écran, quand on entend un poème (« Ode to a Nightingale ») lu (admirablement) en voix off pendant que défile le générique de fin, et que les lumières se rallument dans les salles obscures des cinémas (Bright Star) ?

Que vaut la promesse d’un retour à « la jubilation d’un bouche-à-oreille public » (Doumet 37) ? 

Bibliographie (très) sélective

  • Chivers, Tom. Slam : A Poetic Dialogue Stress Fractures : Essays on Poetry, edited by Tom Chivers, Margins Press, 2010.
  • Derrida, Jacques. « Che cos’è la poesia », Poesia, I, 11 novembre 1988.
  • Doumet, Christian. Faut-il comprendre la poésie ?, Klinsksieck, 2004.
  • Griffiths, Eric. The Printed Voice of Victorian Poetry, OUP, 1989.
  • Meschonnic, Henri. Célébration de la poésie, Verdier, 2001.
  • Mosby, Rebekah Presson (ed.). Poetry on Record, 98 Poets read their Work 1888-2006 (Shout ! Factory, 2006).
  • O’Keefe Aptowicz, Christin. Words in Your Face : A guided Tour Through Twenty Years of the New York City Poetry Slam, Soft Skull Press, 2008. 
  • Ricks, Christopher. Dylan’s Visions of Sin, Ecco, 2004.
  • Roubaud, Jacques. Poésie, etcera : ménage, Stock, 1995.

 


Réflexion sur la pratique de la poésie dans le champ contemporain


Cette réflexion s'inscrit dans le champ des recherches actuelles, à la fois en Europe et aux États-Unis, autour de la nouvelle poétique (Bob Perelman, Lyn Hejinian, Marjorie Perloff, Robert Hampson, etc., pour le champ anglo-saxon, Yves Bonnefoy, Christian Doumet, Michel Deguy, pour le champ français).
 
Il s'agira de voir comment la poésie contemporaine intègre toutes ses marges critiques et conceptuelles, ainsi que les opérations dont elle fait l'objet (dont la traduction) dans son écriture même. Les poètes étudiés seront choisis dans l'ensemble du monde anglophone (de Seamus Heaney à  Medbh McGuckian, de Geoffrey Hill à Carol Ann Duffy ou de John Ashbery à Henrietta Mullen).
 
Parmi les effets majeurs de cette (nouvelle) pratique, on s'intéressera à l'impossibilité de la clôture du texte (qui conduit à reposer différemment la question de l'inachèvement), ou à la question de la délimitation des marges (la marge inclut-elle le contexte et si oui, comment le poème peut-il en tenir compte ?). À ce sujet, on pense par exemple à l'œuvre du poète irlandais Ciaran Carson, traducteur de Dante, et dont toute la poésie pose la question des marges du poème (y compris de manière plastique, la marge du poème sur la page).
 
Par ailleurs, le caractère réflexif d'une telle pratique inclusive implique une forme de travail philosophique de la poésie, qui fait du poème le " théâtre du sens " (Charles Bernstein) ainsi que la mesure de «l'idéologie du langage» (Jerome McGann). On s'interrogera sur la vision de la poésie comme une pratique de la pensée, ainsi que sur l'éventuel écueil de la surdétermination du poème.

Retour sur la poésie moderniste

Le modernisme consiste l'un des pôles de spécialisation de l'équipe VORTEX. L'une des incidentes les plus remarquables de cette approche de la pratique poétique est la relecture des grands corpus de la poésie moderniste.

C'est particulièrement vrai, par exemple, pour Gertrude Stein, dont la pratique inclusive de l'écriture et la manière radicale de repenser la grammaire commencent seulement à faire l'objet de recherches systématiques sur le plan international (Ulla Dydo). Une journée d'étude a rassemblé, en juin 2012, linguistes, traducteurs et poéticiens autour de cette révision steinienne de la grammaire du poème et, notamment, son invention d'une forme de présent continu de l'écriture (cela s'inscrira dans la suite d'un travail collectif mené actuellement par linguistes et poéticiens dans le cadre d'un séminaire de l'École Doctorale ED 514). Une telle réflexion sur la grammaire du poème rejoint un autre projet, portant sur la place de Wittgenstein dans la poésie irlandaise contemporaine  (à travers, notamment, la poésie de Muldoon et Carson). Il a donné lieu à une journée d'études, «Wittgenstein en Irlande», en 2009 ; ce dernier projet s'inscrivait dans le cadre de la programmation scientifique portant sur l'Irlande et l'Est impulsée par le Pôle «Irlande». Une autre grande œuvre moderniste dont la relecture s'avère très fructueuse est celle de T.S. Eliot : le Colloque international sur «T.S. Eliot et la Mémoire des oeuvres», organisé en septembre 2010 à Paris 3, a permis, entre autres, de comprendre pourquoi Marjorie Perloff ouvre son livre 21st-Century Modernism, The "New" Poetics, par un texte sur "Avant-Garde Eliot", mais également pour quelle (bonne) raison il reste possible de voir en T.S. Eliot une sorte d'«Anti-moderne» (selon la terminologie d'Antoine Compagnon).  

Réflexion sur la traduction de la poésie

)

Dans une telle perspective, l'ambivalence ou la plurivalence du statut de la traduction fera l'objet de recherches et d'actions spécifiques. On s'est attaché à définir les modes de la " traduction-écriture "  (Maryvonne Boisseau) en tant qu' " opération " (au sens linguistique) " de séduction ", mais aussi en tant que mode de connaissance, ou encore comme espace et mode critique.

Des ateliers avec les doctorants seront organisés autour de poètes anglais, irlandais ou américains pratiquant eux-mêmes la traduction (il serait intéressant de travailler, par exemple, sur les traductions de Saint-John Perse par Devlin, Fitzgerald, Eliot et, plus récemment, Mahon). Un second type de recherche portera sur la pratique qui consiste pour le poète à mêler écriture et traduction de ses propres œuvres (Derek Mahon, Irl. ; Cole Swenson, US).

Lire la poésie

A l'initiative de Cliona N'Riordain, des poètes irlandais de passage en France font le détour par l'Institut, pour lire leurs poèmes en public, pratique courante (voire inscrite dans une longue tradition) en Irlande, mais d'un usage moins établi en France.  Il est alors possible de mesurer ce qu'apporte, ou retranche, la lecture à voix haute à la compréhension du poème conçu, a priori, « pour un œil-oreille » (J. Roubaud), plutôt que pour une « voix-oreille ». Tout en continuant à s'interroger sur ce qu'il faut entendre par « la voix du poème », en relation, incarnation oblige, avec la vocalisation spécifique et personnelle opérée par le poète-locuteur. C'est aussi l'occasion de travailler, en amont, à la traduction en français de certains de ces poèmes, de façon à ces textes traduits soient également lus, avant d'être publiés. Un projet plus ample pourrait voir le jour, qui consisterait à élargir aux poètes de langue anglaise ce programme d'invitation à la lecture.
 

Filmer la poésie

A la faveur de la sortie récente de films,tels Bright Star de Jane Campion, Poetry de Lee Chang-Dongou bien encore Howl de Rob Epstein et Jeffrey Friedman, d'après le poème d'Allen Ginsberg, une réflexion s'est engagée au sein de l'atelier POEM sur la façon dont la poésie peut s'envisager ou non comme objet cinématographique. Une première journée d'étude, en mars 2012, au Centre Culturel irlandais, s'est intéressée à la mise en images d'un poème de Ian Duhig (réalisation : Paul Casey), en présence du poète et du cinéaste. Après quoi, on réfléchira à l'opportunité de théoriser cette pratique.


 

 

 

mise à jour le 7 juin 2017


Responsables de l'axe


Marc Porée (ENS)

Cliona Ni Riordain

Documents


Rencontre avec le poète Eugene Ostashevsky autour de la traduction de ses poèmes (le 12 mars 2015)

Introduction
 

Now the Lord said to DJ Spinoza
 

Remember the Cogito
 

DJ Spinoza Fights the Begriffon
 

Morris Imposternak
 

Final Discussion