EA 2288 >> EA 2288 - DILTEC

Recherche

Apprendre et enseigner les langues en milieux sensibles : enjeux, modalités et pratiques plurilingues

le 3 avril 2019
9h-18h

Affiche Apprendre à enseigner les langues en milieux sensibles 222Cbis-001.jpg

Coordination scientifique : Amal Khaleefa & Valérie Spaëth
Organisation : Marija Apostolovic, Nadia Bacor, Danilo Bomilcar, Magali Ruet

Inscription gratuite mais obligatoire : remplir le formulaire ici.

PROGRAMME A TELECHARGER ICI.
[PDF - 918 Ko]
ENREGISTREMENTS DES INTERVENTIONS. (utiliser le navigateur Firefox ou Internet Explorer et activer Flash)

Argumentaire
Depuis la fin du XXe siècle, le plurilinguisme ou la capacité de l’individu à comprendre, communiquer, agir et à créer en plusieurs langues à divers degrés est au cœur de la réflexion du conseil de l’Europe (CECRL, 2001). Alors que de nombreux chercheurs, depuis plus de 20 ans, explorent cette question en milieux scolaire, universitaire, familial, migratoire, etc., très peu de recherches l’abordent en milieux sensibles. Nous entendons par ces derniers les milieux isolés (zones de guerres et de conflits, zones occupées), d’urgence humanitaires (ex. catastrophes naturelles, camps de réfugiés) et fermés (ex. milieux pénitentiaires) (Bouillon et al., 2006 ; Simon-Lorière, 2012, Roasting, 2017). La journée d’étude que nous proposons a pour ambition de contribuer à la problématique suivante : quels sont les enjeux didactiques liés aux plurilinguismes en milieux sensibles ?

Cette journée d’étude s’intéressera ainsi aux dispositifs comme aux acteurs qui participent à cette dynamique langagière. Il s’agira de comprendre si le plurilinguisme favorise un apprentissage des langues ou plutôt un apprentissage par les langues (Galisson, 2002, Martinez, 2018) dans des environnements où existent certaines complexités politiques et administratives. Autrement dit, les langues représentent-elles le moyen ou la fin de cet apprentissage ? En effet, le manque global d’infrastructure éducatif (ex. classes) et d’outils pédagogiques (ex. livres, internet, etc.) conduisent à questionner les modalités de cet enseignement / apprentissage et de sa place pour des apprenants vivant dans des conditions souvent marquées par la quasi-absence de dispositifs institutionnels adaptés. Pourquoi et comment sortir de sa zone de confort en s’investissant dans l’apprentissage d’une nouvelle langue ? Il s’agira donc de comprendre dans ces situations difficiles ce qui pousse les sujets à se lancer dans une telle démarche. Ce raisonnement permet également de discuter des besoins langagiers des apprenants et de repenser le plurilinguisme comme un moyen de résilience (Capstick, 2018) mais aussi de survie. Dans cette perspective, il sera propice de questionner enfin l’altérité dans l’enseignement / apprentissage de la langue étrangère (Zarate et al., 2008, Moore, 2011). Comment développer la relation à l’Autre quand celui-ci est absent ou quand la rencontre se fait dans un climat de méfiance en contextes sensibles ?

Références bibliographiques 

Bouillon, F., Fresia, M., Tallio, V. (dir) (2006) Terrains sensibles : expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, Édition de l’EHESS.
Capstick T., 2018, « Resilience », ELT Journal, 72, 2, p. 210‑213.
Dubouil, C. (2015) L’enseignement aux étrangers incarcérés : état des lieux et perspectives. Mémoire Master en Didactique du français langue étrangère et langues du monde.
Galisson, R. (2002), « Didactologie : de l'éducation aux langues-cultures à l'éducation par les langues-cultures », Ela. Études de linguistique appliquée 2002/4 (no 128), p. 497-510.
Khaleefa, A., Culture d’enseignement et d’apprentissage des langues en situation d’urgence. Cas d’étude : le camp de Zaatari pour les réfugiés syriens en Jordanie, Thèse de doctorat en cours de préparation dirigée par Valérie Spaëth, Paris, Université de Paris III.
Martinez, Pierre (2018), Un regard sur l’enseignement des langues. Des sciences du langage aux NBIC, Paris, éditions des archives contemporaines.
Mehaouat, B. (2018), Expériences didactiques en exil. Une approche contextualisée des cultures linguistiques, éducatives et didactiques dans les camps de réfugiés sahraouis. Mémoire Master en Didactique du français langue étrangère et langues du monde.
Moore D. (2011), « Altérité, compétence pluriculturelle et formation des enseignants », in Classes de langues et culture(s) : vers l’interculturalité ? , sous la direction de Hervé de Fontenay, Dominique Groux, Geneviève Leidelinger, L’Harmattan, Education comparée, Paris, 307-315.
Rostaing, C. (2017), « Quelques ficelles de sociologie carcérale », Criminocorpus [en ligne], prison et méthodes de recherche, Communications. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3552
Simon-Lorière, H. (2012), « Enquêter auprès des réfugiés libériens dispersés à Conakry : approche par les réseaux sociaux », e-Migrinter, [en ligne], URL : http://e-migrinter.revues.org/768 ; DOI : 10.4000/e-migrinter.
Zarate G., Lévy D. et Kramsch C. (2008), Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, Paris, Éditions des archives contemporaines.
 

Enregistrements des interventions : (utiliser le navigateur Firefox ou Internet Explorer et activer Flash)
  • Conférence : Tony Capstick (Reading University, Angleterre) : Language for Resilience: language use and language learning in refugee settings (communication en anglais) : 
     
  • Table de discussion animée par Iyad Khalaf (Organisation Internationale de la Francophonie) & Virginie Tiberghien (orthophoniste et ancienne enseignante bénévole à l’École Laïque du Chemin des Dunes / Calais) : Retour d’expérience d’enseignement des langues en situation d’urgence : exemple de la jungle de Calais et des camps de réfugiés au Liban : Diaporama [PDF - 17 Mo].
  • Conférence : Nicolas Puig (URMIS, IRD, CNRS, Universités Paris Diderot et Nice) : Les voix de Sabra : échanges sociaux et linguistiques entre migrants asiatiques et installés arabes dans un marché libanais :
     
  • Communication : Amal Khaleefa (DILTEC EA 2288, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) : Les pratiques langagières des réfugiés dans le camp de Zaatari en Jordanie : du monolinguisme au plurilinguisme ? :
     
  • Communication : Mickael Idrac (Centre Population et Développement (CEPED)) : L’apprentissage des langues à l’école encampée : du plurilinguisme à la transculturalité :
     
  • Conférence : Valdeni da Silva Reis (FALE-POSLIN, Université Fédérale de Minas Gerais (UFMG), Brésil) : WHO ARE YOU? The (Un)Heard Voices from the Teaching-Learning of
    English Behind Bars
    (communication en anglais) :
     
  • Table de discussion animée par Audrey Delannoy (enseignante de FLE à Fleury- Mérogis), Mikaël Orus (responsable local d’enseignement des mineurs garçons à la Maison d’Arrêt de Fleury-Mérogis) et Véronique Teyssandier (enseignante de FLE à Fresnes) : Enseignement / apprentissage des langues dans les prisons : conditions, enjeux et contenu
     
  • Conférence : Michelle Auzanneau (CEPED, UMR 196, Université Paris-Descartes) & Malory Leclère (DILTEC EA 2288, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) : La contextualisation didactique à l’épreuve de l’enseignement aux mineurs non accompagnés au sein de la Protection Judiciaire de la Jeunesse :
     
  • Conférence : Véronique Rivière (UMR ICAR, Université Lyon 2) : Parler de soi dans les ateliers de français en centre de transit pour demandeurs d’asile : un dispositif didactique entre contrôle et
    autonomisation des langues et des personnes ?
     
  • Clôture par Catherine Mendonça Dias (DILTEC EA 2288, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) : Grand témoignage et restitution de la journée :
     
 
 
 

Type :
Colloque / Journée d'études
Contact :
Amal Khaleefa
Lieu(x) :
Maison de la Recherche - 4 rue des Irlandais - 75005 PARIS
Salle Athéna

mise à jour le 15 novembre 2019


Documents à télécharger :

Ajouter cet événement