Accueil >> Recherche >> Actualités >> Colloques - journées d'études

Recherche

Alternance des langues en contexte scolaire Médiation, contrat didactique, construction des connaissances

du 8 décembre 2023 au 9 décembre 2023

Affiche Alternance codique.jpg
Organisation : DILTEC et ADEB

Inscription : https://forms.gle/33b4aSaPxzkyZUVx8

 

[PDF - 607 Ko]
Programme complet [PDF - 612 Ko]

Présentation

Dans les débats théoriques et les questionnements relatifs aux pratiques pédagogiques, l’alternance deslangues constitue un objet  d’actualité depuis plusieurs décennies. La notion d’alternance est déclinée et interprétée de diverses manières, souvent confrontée à d’autres, telle que celle de translanguaging. Les enjeux d’ordre épistémologique croisent ceux touchant aux politiques linguistiques et éducatives.

Dans le cadre de l’enseignement bilingue (en langues régionales ou étrangère en France ou à l’international) ou dans des contextes scolaires fortement multilingues, les établissements scolaires ne proposent pas toujours toute une discipline dans une seule langue. Il peut y avoir une relative parité de volume horaire : par exemple, une partie des mathématiques est enseignée en français et une autre, en occitan. Dans ce cas, l’enseignement peut être pris en charge par un seul professeur (un maître, deux langues), ou par deux enseignants. Dans certains cas de figures, un co-enseignement peut d’ailleurs être conçu entre le professeur de la discipline et le professeur de la langue. D’autres fois, toute la discipline est en langue étrangère ou seconde par rapport au répertoire linguistique des élèves.
Quelles que soient les configurations, pour les élèves, il est alors courant d’alterner avec deux langues d’enseignement. L’articulation entre langue majeure de scolarisation et langue autre peut se jouer à trois niveaux : la macro-alternance (répartition horaire entre les heures notamment), la mésoalternance (le tressage entre les disciplines et les langues à l’intérieur des séquences, l’affichage en deux langues, la relation entre les deux enseignants quand c’est le cas…), et la micro-alternance (qui renvoie à l’alternance codique, c’est-à-dire le recours ponctuel non programmé à l’une ou l’autre langue dans les interactions de classe, ou dans les supports de travail) (Duverger, 2005). En ce qui concerne plus particulièrement l’alternance codique, c’est “une trace observable du bilinguisme du locuteur.

Par conséquent, elle ne doit pas être confondue avec le mélange de codes (stratégie de communication dans laquelle le locuteur mêle les éléments et les règles des deux langues en contact car il n’arrive plus à différencier les deux systèmes)” (Causa, Stratilaki, 2022).
Comment se négocient les places des langues durant ces séances, mais aussi de façon périphérique aux cours mêmes (à travers les supports, les ressources, les aides…) ? Quelle marge de manoeuvre des enseignants et des élèves en fonction des contextes socio-scolaire et des compétences linguistiques des acteurs ? Quelles fonctions ou quels effets dans ces alternances subies ou provoquées ? Quelles évolutions de façon interdépendante avec l’évolution des politiques linguistiques et des formations des enseignants ? Quelles formes de médiation sont mobilisées ? Quel contrat didactique s'établit (ou non) dans le processus de construction des connaissances ? Telles sont les questions qui parcourront ces journées qui mettent au coeur de leur réflexion la pratique de l’alternance, en revenant sur des constats passés, actuels et en projetant quelques perspectives sur l’avenir de l’enseignement des disciplines en langues étrangères ou secondes.
Type :
Colloque / Journée d'étude
Lieu(x) :
Université Sorbonne Nouvelle (Nation)

mise à jour le 20 novembre 2023