ED 514

Prix de thèse 2017 des PSN attribué à Laurence Dubois, docteure de l'ED 514



Le Prix de thèse 2017 des PSN est attribué à Laurence Dubois, docteure de l'ED 514, qui a a soutenu sa thèse intitulée : L'Asile de Hanwell sous l'autorité de John Conolly : un modèle utopique dans l'histoire de la psychiatrie anglaise (1839-1852) ? sous la direction de Franck Lessay, EA 2291-ICEE le 2 juillet 2016.

Résumé : L’émergence de la psychiatrie comme discipline distincte de la médecine somatique, dans la première moitié du XIXe siècle, s’inscrit dans le cadre de la réforme de la législation sur les aliénés. Cette réforme conduit à la création de nouveaux asiles publics dédiés au traitement des malades mentaux indigents en Angleterre, dont celui du Comté du Middlesex, à Hanwell - près de Londres -  en 1831. Dès sa nomination à la direction médicale de l’établissement en 1839, le docteur John Conolly (1794-1866)  met en place une politique de non-restraint (abandon des moyens de contention mécaniques) à une échelle jusqu’alors inédite.  L’Asile de Hanwell est ainsi explicitement conçu comme un outil dont la fonction première est thérapeutique et se veut un authentique refuge et un lieu de soins.  La conception thérapeutique innovante du Dr Conolly a la particularité de mettre l’accent sur la qualité de l’environnement et du mode de vie des patients ainsi que sur les distractions diverses qui leur sont proposées : jeux, fêtes de Noël, kermesses, lecture, musique, sport et danse. La logique de soins qui s’applique alors, le moral management, repose sur une thérapie d’occupation.

L’originalité de ce traitement sur le plan médical s’accompagne d’une dimension sociale, voire politique. En effet, loin de limiter ses ambitions au strict domaine médical, le Dr Conolly -  connu pour son engagement en faveur de l’éducation populaire au sein de la Society for the Diffusion of Useful Knowledge tout autant que pour son soutien au mouvement chartiste, qui milite pour l'extension du droit de vote -  mène un combat permanent pour que les patients, hommes et femmes, aient accès à une instruction au sein de l’école de l’asile. Conolly envisage l’éducation comme un élément central, qui va bien au-delà d’une simple distraction pour les malades et représente un véritable outil d’insertion sociale et d’émancipation des classes populaires. Il rejoint en cela une conception owéniste de l’éducation : l’école de l’Asile de Hanwell copie quasiment trait pour trait l’école de New Lanark telle qu’elle se présentait au début du XIXe siècle sous l'égide de Robert Owen (1771-1858).
 
L’Asile de Hanwell sera pendant près de trente ans une référence dans le traitement des aliénés et servira de modèle à bon nombre d’institutions, particulièrement en Angleterre. Son influence s’estompera dans les années 1870, qui verront l’émergence de théories de l’hérédité peu compatibles avec le traitement moral.
 

Ouverture du 2e appel d'aide à missions de l'ED 514


Le 2e appel 2016-2017 de l'ED 514 est désormais ouvert. Cela concerne des missions entre le 1er mars et le 31 octobre 2017

Date limite de candidature :
21 avril 2017, 17h00. Se rendre sur la page de l'appel

Questionaire d'évaluation de la formation de l'ED 514 à l'attention des doctorant-e-s

 
Afin de répondre au mieux à vos besoins en terme de formation doctorale, nous vous invitons à renseigner l'enquête qui vous est proposée. Certaines formations étant en cours jusqu'à début juin, nous referons une enquête fin juin-début juillet 2017.

D'avance merci de consacrer quelques minutes à remplir le questionnaire (la saisie est anonyme) en cliquant ici.
 

Leslie De Bont, docteure de l'ED 514 reçoit le Prix André Topia de la Chancellerie des Universités de Paris


Leslie De Bont, docteure de l'ED 514 reçoit le Prix André Topia de la Chancellerie des Universités de Paris pour sa thèse intitulée : "Like anecdotes from a case-book" : dialogues entre discours théoriques et représentations du singulier dans les romans de May Sinclair, thèse dirigée par Catherine Lanone, EA4398-Prismes et soutenue le 12 juin 2015.

 

Résumé :
À l’image des cas exposés par Freud, les romans de May Sinclair sont des objets déconcertants. Souvent qualifiés de textes hybrides qui se tiendraient à mi-chemin entre les écritures victoriennes et modernistes, ils se distinguent également par la place qu’occupent les discours théoriques, incitant les critiques à s’interroger sur leur statut d’œuvre. Esprit curieux au parcours singulier, May Sinclair est en effet également une essayiste prolifique, dont les publications sur le vote féminin et la condition des femmes, les articles de psychologie et de psychanalyse (issus de son implication auprès de la pionnière Medico-Psychological Clinic), les critiques littéraires ou les développements sur le néo-idéalisme sont en effet en dialogue constant avec ses écrits de fiction. Ceux-ci ne sont jamais pour autant des romans à thèses. Bien au contraire, la prose sinclairienne s’attache systématiquement à remettre en question le cadre de référence, à prolonger le questionnement ou à affiner l’analyse, et propose ainsi un contrepoint intéressant aux modèles woolfiens de représentation du féminin.
Afin de saisir ce qui fonde la démarche sinclairienne et de la situer dans son contexte intellectuel et artistique immédiat, ce travail propose une étude du dialogue intertextuel transdisciplinaire entre les différents travaux d’écriture Sinclair. Il s’agit plus précisément de montrer comment la pensée par cas et la pratique de l’étude de cas, telle qu’elle était pratiquée par Freud au tournant du XXe siècle, vient influencer la fiction sinclairienne, placée sous le signe d’une négociation singulière entre l’énigme et le modèle, entre l’abstrait et l’inconnu.

Bénéficiaire de l'aide à mobilité internationale des doctorant-e-s de la Région Ile-de-France 2015

 
Laurelyne Ramboz, Voix ancestrales et voix modernes - Virginia Woolf et la radio. Dir. Claire Davison, EA 4398-Prismes et Eric Savoy ; thèse en cotutelle avec l'université de Montréal, Canada.

mise à jour le 27 mars 2017